fbpx
@

Adieu à Roger Canac, guide et auteur de Gaspard de la Meije

Chaque fois qu’il s’est agit de prendre des chemins de traverse, l’ami Roger, Canac de son nom, a toujours été le premier. Et aujourd’hui encore il vient de nous devancer sur ce haut col où nous passerons tous et d’où l’on découvre les invisibles montagnes du haut pays de l’Au-delà. Lui, le guide écrivain, qui était entré très tôt en écriture, il savait qu’une fois ce col franchi on ne revient pas en arrière et que chacun y devient ses propres écritures.

J’imagine qu’avec le regard malicieux qui lui a toujours servi de viatique en ce bas monde, une dernière part de lui a dû rigoler de se voir nous devancer sur cet ultime raccourci, même s’il a dû se rendre compte que pour une fois il prenait un chemin ordinaire.

S’est-il jamais abstenu de sortir des sentiers battus ? Guide de haute montagne, alpiniste, son goût pour l’écriture aurait pu le conduire vers ce qu’il considérait comme le plus facile, le témoignage de ses sommets et de ses ascensions. Il avait réalisé de grandes courses. Comme bien de ses amis, il aurait pu se contenter de les raconter.

Roger Canac. ©Coll. Bertrand Canac

Sauvage, vous avez dit sauvage !
Qui sont les plus sauvages ?

Mais c’est une autre montagne qu’il a toujours eu à cœur d’évoquer, celle des paysans guides tels Gaspard de la Meije ou Jacques Balmat, celle des cristalliers, celle de Réganel de la montagne à vaches et des paysans sans terre, celle de tous ceux qui de tout temps ont choisi de vivre ici en Oisans, celle des maîtresses d’école de ce bout du monde qu’il appelait les demoiselles au tableau noir.

Et il se fichait bien de savoir qu’à force de tels témoignages, il parvenait à réduire la belle montagne sauvage chères aux alpinistes à une invention de citadins aisés. On se souviendra de son apostrophe lancée à Samivel qui venait de publier son beau livre sur l’Oisans Sauvage : « Sauvage, vous avez dit sauvage ! Qui sont les plus sauvages ? »
Adieu l’ami ! Et à une fois prochaine sans doute, là où le temps cesse de s’écouler et se confond avec tous nos souvenirs.

Copy link