@

À cran le montagnard ?

Hé bein dites-donc, faut se détendre ! Depuis le temps qu’on fait ce boulot (une quinzaine d’années tout de même), on n’a jamais senti autant de tension dans les échanges entre les gens de la montagne ou de ses cités !
Et vas-y que je te traite de tous les noms sur les réseaux sociaux, et que je t’appelle pour te dire que ce que tu écris n’est pas bien, et que je t’envoie des messages pour t’expliquer ton métier ou que je balance sur un confrère…
Wow wow wow. On se calme.

Photo d’illustration. Le montagnard, ici patibulaire, est en réalité un excellent acteur, plein de bonne humeur. ©Ulysse Lefebvre

On dirait que tous les acteurs de la montagne sont sensibles en ce moment. Tellement à fleur de peau qu’ils n’accepteraient plus la critique ou la contradiction.
Sans déc’ ?

Que ce soit pour ce qui concerne l’actualité de la montagne à l’ère COVID, la critique d’un film, l’analyse d’un phénomène de l’himalayisme, ou la célébration d’alpinistes de haut niveau, ça tire à vue et c’est à croire que la discussion n’est plus possible.

Alors certes, les réseaux sociaux ont institué la critique permanente, voire l’insulte, comme quotidien de l’espace public virtuel. Mais il ne faudrait pas que ça déteigne sur les rapports sociaux de la vraie vie, IRL comme on dit aujourd’hui (« In real life« ).
Pour rappel, la discussion est l’art d’échanger des arguments, pas de se balancer des insanités. Souvent confondue avec le fait de « dire les choses telles qu’elles sont » prôné par les populistes de tous bords, la discussion doit permettre d’avancer dans la réflexion grâce à ces points de vue divergents justement.

la tendance est forte ces derniers temps
de jeter le bébé avec l’eau du bain

Déclarer l’illégitimité de quelqu’un ou remettre en question ses compétences au lieu de simplement admettre un désaccord, ne relève pas de l’échange. C’est du dénigrement.
Et la tendance est forte ces derniers temps de jeter le bébé avec l’eau du bain : un détracteur avec son association, un président avec sa fédération, un grimpeur avec son club, un alpiniste avec sa cordée, ou un magazine avec les médias en général, au hasard.

Reprenons depuis le début pour ce qui nous concerne : Alpine Mag est un magazine de presse, c’est à dire qu’il a vocation à ouvrir les discussions grâce à des avis multiples et parfois contradictoires. Les éditos (comme cet article) représentent quant à eux le point de vue de la rédaction, toujours ouverte à la discussion.
En revanche, ce qu’Alpine Mag n’est pas, c’est la voix d’une fédération, le chargé de communication d’un alpiniste sponsorisé ou le VRP d’un syndicat ou d’une agence de voyage spécialisée dans les expéditions.
A bon entendeur chers amis.

Je suis sûr que vous comprendrez
cette petite mise au point

Je suis sûr que vous comprendrez cette petite mise au point puisque vous aussi devez ressentir cette tension ambiante.
Et si on se détendait et qu’on se parlait plutôt que de se dénigrer ?
Nous avons tous à défendre nos intérêts individuels, ce qui nous amène parfois à assumer certaines contradictions.
Prenons-le avec le sourire et gardons à l’esprit que comme le dit le proverbe africain : « Il ne faut pas insulter le crocodile quand on a encore les pieds dans l’eau ». 

N’est-on pas tous dans le même marigot ?

280 Shares
Copy link