fbpx
@

On dit que le Val d’Orco est à l’arrampicata italienne ce que le Yosemite est au rock climbing américain. Cette vallée du Piémont est une terre de granite compact. Ici, ce n’est pas El Capitan qui domine mais les parois du Caporal et du Sergent. Mi-octobre, les grimpeurs de l’équipe La Sportiva se sont retrouvés dans ce temple de la fissure pour découvrir ou faire découvrir les joies du coincement. C’était aussi le moment pour eux de tester la nouvelle version du célèbre chausson d’escalade TC Pro, modèle pensé pour la fissure et développé par deux virtuoses de la discipline : Tommy Caldwell et Alex Honnold.

En ce beau mois d’octobre, la vallée d’Orco (Val d’Aoste, Italie) a accueilli le La Sportiva Athletes Climbing Meeting, un évènement de trois jours dédié aux grimpeurs La Sportiva de la scène européenne et internationale. Une belle occasion pour une trentaine d’athlètes de se rencontrer dans un environnement unique tel que la Vallée de l’Orco, paradis italien de l’escalade en fissure. Parmi les nombreux participants étaient présents les principaux représentants de la discipline Trad, tels que Jacopo Larcher, Barbara Zangerl, Siebe Vahnee et Brittany Goris, tout droit venue des Etats-Unis et habituée de ce style d’escalade si particulier.

De nombreux jeunes espoirs de l’escalade sportive ont également répondu présent, comme l’Espagnol Alberto Ginés López, première médaille d’or olympique en escalade l’été dernier à Tokyo, le Suisse Sascha Lehmann, l’Allemande Martina Demmel et bien d’autres encore qui ont fait leurs débuts dans ce monde de fissures.

©Thomas Lattuada / La Sportiva

Plusieurs générations

Ce sont plusieurs générations qui se sont ainsi rencontrées, avec chacune leurs spécialités. Pour les plus jeunes, très orientés dans l’escalade sportive et de compétition, cette rencontre a été une excellente occasion d’élargir leurs horizons et de se mettre au défi en marchant dans les pas de leurs aînés. Pour les grimpeurs les plus expérimentés, tant dans le monde du trad que du sport, c’était une façon de respirer l’air des grimpeurs d’aujourd’hui et de mieux comprendre l’évolution rapide de ce sport.

L’apprentissage du placement de coinceurs. ©Thomas Lattuada / La Sportiva

De nombreuses voies trad de différents niveaux ont été testées à la fois par les plus expérimentés et les débutants dans cette technique. L’escalade sportive était menée par le Britannique Neil Gresham, un pilier de la famille La Sportiva dans le monde trad anglais et international. Marzio Nardi a de son côté ouvert pour l’occasion de nouvelles voies trad avec Andrea Magliano, grimpeur et gérant du refuge Le Fonti Minerali, qui a accueilli toute l’équipe.

Les guides de Courmayeur ont de leur côté fait découvrir la discipline aux jeunes athlètes FASI (Fédération de l’escalade sportive italienne). La Climbing Team La Sportiva était dirigée notamment par Stefano Ghisolfi (auteur de la première répétition de Bibliographie, 9b+, à Céüse en août dernier, qui a essayé l’escalade traditionnelle pour la première fois. De son côté, Alberto Ginés López a ouvert une nouvelle voie caractérisée par des sections très techniques et d’autres typiques du bloc, avec l’aide précieuse de son mentor espagnol, Iker Pou. La voie a été appelée « Fessura dura dura » (fissure dure dure). Un autre projet a été lancé par la jeune Anak Verhoven sous la houlette de Neil Gresham : « La Pupilla » (la pupille).

©Thomas Lattuada / La Sportiva

©Thomas Lattuada / La Sportiva

Un air de Capitan

Plus qu’ailleurs, les grimpeurs ont pu éprouver l’efficacité d’un chausson de référence dans le milieu de la grimpe en fissure, et fraîchement mis à jour : le modèle La Sportiva TC Pro. TC pourquoi ? Pour Trad Climbing bien sûr… à moins que ce ne soit les initiales de son utilisateur le plus connu, Tommy Caldwell. C’est en effet avec ces chaussons que Caldwell a gravi le Dawn Wall en 2015.

Et comme si ça ne suffisait pas, un autre célèbre adepte du TC Pro n’est autre qu’Alex Honnold dont les solos les plus retentissants et autres Speed records ont tous été réalisés TC Pro aux pieds, et notamment Freerider, en solo en 2017 : « Oui, je peux dire que j’ai grimpé toutes mes plus grandes voies avec les TC Pro aux pieds » dit-il avant d’ajouter : « Quand je pense qu’avant de les utiliser, je strappais mes chevilles ! ».

Alex Honnold, en visite chez La Sportiva, dans le Val di Fiemme. ©La Sportiva

Tommy Caldwell dans le Dawn Wall, TC Pro aux pieds. ©Coll. La Sportiva

Un chausson emblématique pour la fissure

Du côté des spécificités techniques, le TC Pro se distingue d’emblée par sa tige légèrement montante qui protège ainsi les malléoles malmenées dans les coincements et torsions en fissures.
Sa semelle est bien plus rigide et droite que les chaussons cambrés ou en forme « banane » que l’on voit le plus souvent sur le marché de nos jours, ceci afin de mieux tenir sur les grattons et de ne pas torturer les pieds qui y passeront du temps.
Cela peut-être étonnant de dire ça, mais le TC Pro est un modèle de chausson pour l’escalade verticale, comprenez plutôt que pour les escalades déversantes ou la forme crochetante des modèles cambrés sera privilégiée.

Cela peut-être étonnant de dire ça,
mais le TC Pro est un modèle de chausson
pour l’escalade verticale

Mais que l’on ne s’y trompe pas. Le TC Pro n’est pas un chausson vintage ou le produit d’une mode. On peut certes se rappeler des premiers chaussons La Sportiva qui étaient aussi montants au niveau de la cheville. Mais il s’agissait plus à l’époque d’une question de maintien que de protection. On se souvient notamment du premier d’entre eux : le modèle Mariacher. Depuis, la cheville a repris sa liberté et ses mouvements ne doivent pas être entravés. C’est là que les protections du TC Pro entrent en scène.

Ce chausson est un fantastique outil de grimpe en fissure qui existe depuis de nombreuses années et que la marque italienne a modernisé cette année : les lacets sont mieux protégés de l’abrasion, le système P3 maintient la cambrure et l’ensemble est encore plus confortable pour les longues escalades, grâce à un rembourrage amélioré, la gomme est une Vibram XS Edge.

©La Sportiva

Années ’80 : Luisa Iovane au lac de Garde. ©Archives La Sportiva

Mais alors, est-il utile pour les grimpeurs qui ne veulent pas se lancer (tout de suite) dans Freerider ou le Dawn Wall ? Oui, et oui encore ! Le confort du TC Pro est un élément un peu oublié par les grimpeurs toujours avides de cambrures extrêmes et de « chaussants » minuscules. Pourtant, la plupart des grimpeurs de niveau moyen devraient privilégier le confort plutôt que des possibilités de crochetage utiles dans des niveaux élevés seulement. Ne vaut-il pas mieux s’assurer que vous tiendrez les chaussons aux pieds même après 10 ou 20 longeurs de 5c ?

Jacopo Larcher. ©Matteo Pavana / La Sportiva

Avec le coinceur à cames et le strap, le TC Pro de La Sportiva est un outil essentiel dans la panoplie du grimpeur de fissure. Petit détail en forme de clin d’oeil : les deux voies Freerider et Dawn Wall, qui ont rendu (encore plus) célèbres Caldwell et Honnold, sont estampées sur le cuir du chausson. Avec ce gri-gri aux pieds, vos verrous de pied seront en béton armé.

La newsletter d'Alpine Mag

On reste en contact ? 

Merci et à très vite !

Copy link