0   +   7   =  
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Lancement VOD-FODACIM

The Nose Speed Record, le teaser Le film avec Alex Honnold et Tommy Caldwell

Si l’on devait choisir la grande voie la plus fameuse du monde, ce serait peut-être celle-ci : le Nose sur El Capitan. Ouvert par Warren Harding et son équipe durant quarante sept jours (non consécutifs !) en 1958 à grand renfort de pitons, la paroi de 900 mètres de haut du Nose (le nez) d’El Capitan (Yosemite, Californie) est un mythe. Libéré par Lynn Hill en 1993, avec une cotation aujourd’hui à 8c, le Nose est toujours très parcouru en utilisant pas mal d’escalade artificielle, ou un mélange des deux que les Américains ont élégamment baptisé « french free« , ce qui donne en général une ascension en trois jours et deux bivouacs, ou en deux jours et un seul bivouac pour les cordées les plus rapides (disons celles qui font du libre jusqu’au 6c/7a), sinon c’est 6b/A1-A2. Bref, depuis la première ascension à la journée réalisée par la cordée de Jim Bridwell en 1975, le Nose est devenu le maître-étalon auquel se mesurent les meilleurs en ce qui concerne, au choix, la rapidité, ou le libre. Citons récemment le parcours en libre de la voie d’un mutant âgé de 15 ans... Après l’exploit du NIAD (Nose-In-A-Day) en 1975, la course au record d’ascension (avec toujours ce mélange de libre, de french free et d’artif) a repris dans les années 90, Dean Potter et Tim O’Neill étant les premiers à passer sous la barre des 4h en 2001. Puis ce fut un mano-mano Yuji Hirayama-Hans Florine face à la cordée des frères Huber en 2007-2008. En 2010 les regrettés Dean Potter et Sean Leary reprenait le record autour de 2h36.

 

 

Ce n’est pas un hasard si cette publication fait du bruit, tant dans la sphère scientifique que montagnarde. Les résultats sont visibles par tous, dès qu’on arrive à Chamonix.

C’est l’arrivée dans le game du mutant de l’escalade en solo, Alex Honnold, l’homme qui a gravi El Capitan en solo intégral (par la voie Freerider) qui a fait tomber le temps du Nose sous celui du …marathon. En s’associant avec le meilleur spécialiste américain d’El Capitan en libre (4 voies différentes en libre à son actif dont le mythique Dawn Wall), Tommy Caldwell, Alex Honnold poussait le bouchon au-delà de l’imaginable : après quelques marques proches des deux heures, le duo Alex Honnold et Tommy Caldwell gravissaient le Nose à la vitesse d’un Kipchoge sur le plat (et 42km), à savoir le record actuel de 1h58 et 7 secondes le 6 juin 2018. Évidemment, pour ceux qui se demandent comment on peut faire plus de 30 longueurs dans un temps aussi court (sans parler de la difficulté), la réponse est simple – et terrifiante en même temps : les grimpeurs grimpent la plupart du temps en simultané. Mais ces techniques de simul-climbing se sont affinées : au-delà de la capacité du leader à grimper fort en libre avec des protections éloignées, il s’agit également d’utiliser des poulies autobloquantes (micro-traxions) pour que le leader soit protégé alors qu’il grimpe la longueur suivant celle de son second – qui termine la précédente. Autre technique utilisée mixée avec la précédente : le short fixing : le premier grimpe avec une boucle de mou, ayant fixé la longueur précédente que le second jumarde à toute vitesse. Alex et Tom ont ainsi divisé le Nose en blocs de plusieurs longueurs, ne s’arrêtant que pour s’échanger le matériel quand le premier est à sec. Le teaser vidéo est carrément impressionnant, mais ne rend pas tout à fait compte de la difficulté de la voie : Alex et Tom courent dans le Nose comme s’ils gravissaient une classique de la Tête de la Maye. Mais ce n’est pas le cas.

Le film complet sera un must à voir absolument. Il sera visible dans la plupart des grandes villes en France lors de la tournée Reel Rock France en janvier et février prochain.