Des pisteurs manquent, et la majorité des pistes restent fermées

La station de St-Pierre de Chartreuse en difficulté

Les inquiétudes sur la pénurie de saisonniers, émises depuis l’automne par les stations de ski, se réalisent très concrètement maintenant que la saison a commencé. À Saint-Pierre-de-Chartreuse – Le Planolet, le scénario catastrophe s’est même réalisé avec les trois-quarts du domaine fermés depuis le début des vacances, en raison d’une pénurie de pisteurs-secouristes. En cause, le passe sanitaire qui en dissuade certains de travailler.

De la neige en abondance, du soleil : les conditions étaient enfin réunies en ce début de vacances de Noël pour skier entre les sapins de la petite station de Saint-Pierre-de-Chartreuse – Le Planolet (Isère), où l’enneigement se fait pourtant de plus en plus rare à l’entame de la saison hivernale. Mais seulement un quart des pistes sont ouvertes (toutes côté Planolet) car il manque une chose, essentielle : des pisteurs-secouristes. « Nous n’avons que 3 pisteurs sur les 5 nécessaires pour ouvrir tout le domaine skiable et respecter les normes de sécurité », justifie Benoit Rebuffel, directeur opérationnel de la société Savoie Stations Domaines Skiables (SSDS), à la tête de la station depuis 2 mois pour la redresser. C’est malheureusement mal parti.

 

« On galère à recruter car beaucoup de pisteurs ne sont pas vaccinés et ne peuvent donc pas travailler sans passe. Même si la mairie de Saint-Pierre-d’Entremont propose de financer des tests, on peine trouver. Et avec le passe vaccinal qui se profile, ce n’est pas une solution pérenne ». Le direction de la station mobilise ses réseaux, Pôle emploi,
Copy link