@

Depuis quelques semaines, la rumeur selon laquelle certains domaines skiables pourraient fonctionner à régime réduit pendant les vacances de fin d’année faute de personnel prend de l’ampleur. Les exploitants de remontées mécaniques et les stations de ski rencontrent en effet de sévères difficultés pour embaucher. Quelles en sont les réelles conséquences ?

Dès le début du mois d’octobre 2021, le site dédié à la recherche d’emploi Qapa prévenait dans son baromètre mensuel, cette fois consacré aux emplois saisonniers : « Cette saison hivernale s’annonce vraiment très particulière ! Tout indique que les stations vont enregistrer une très importante fréquentation mais nous savons également qu’il y aura une très forte pénurie de profils », anticipait la fondatrice et CEO Stéphanie Delestre. Nous y voilà. À deux jours de l’ouverture officielle de la plupart des domaines skiables annoncée pour samedi 18 décembre, un certain nombre de postes ne sont toujours pas pourvus.

« Les dix métiers les plus recherchés sont ceux de serveurs, cuisiniers, vendeurs, femmes de chambre, préparateurs de commandes, plongeurs, ski mans, réceptionnistes, techniciens de maintenance ou encore employés de libre-service », recensait le baromètre Qapa. Deux mois plus tard, les annonces d’offre d’emploi abondent en ce sens. Le site Internet des stations Coeur de Chartreuse (Isère) relaie des offres de postes de pisteur-secouristes, conducteur/conductrice de remontées mécaniques, agent·e d’exploitation, chargé·e d’accueil, responsable de caisse ou encore employé·e de magasin de location. Le syndicat professionnel Domaines Skiables de France (DSF) a également diffusé dès début octobre une

Copy link