@

Cerro Torre : sous les pétales de glace, le mensonge et l’orgueil

Quand Werner Herzog, cinéaste incontournable (Aguirre, la colère de Dieu et Fitzcarraldo), réalise, en 1991, Cerro Torre, le cri de la roche, son œuvre est considérée comme inéluctablement déclinante. La critique ne le suit plus, et ce, d’autant qu’il vient de perdre l’acteur fidèle qui l’accompagna dans nombre de ses grands succès cinématographiques : l’Allemand Klaus Kinski. Et, de fait, lors de sa sortie, Cerro Torre, le cri de la roche essuiera des avis globalement négatifs de la part des médias autorisés. Justifiés ? Pas tout à fait.

. . .

Copy link
Powered by Social Snap