Des avalanches au Manaslu causent un troisième mort et provoquent le départ des expés

Décidément, les avalanches ne cessent pas au Manaslu. Plusieurs ont dévasté le camp de base, tandis qu’une autre avalanche a causé la mort d’un sherpa, Dawa Chhiring. Malgré parfois la pression de leurs clients désireux d’atteindre la cime du Manaslu, les agences plient bagage.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la réputation du Manaslu d’être l’un des 8000 les plus abordables du Népal n’a pas été justifiée cette saison. Son douzième sur quatorze sommets de plus de 8000 m en poche, Kristin Harila elle-même a écrit que c’était son sommet le plus difficile. La véritable cime du Manaslu, 8167 m, a longtemps été ignorée par des nombreux summiters préférant s’arrêter à l’antécime, jusqu’à l’an dernier où des photos, puis un courageux sherpa, Mingma G. ont « dévoilé » puis ce dernier a gravi le vrai sommet. Cela n’a pas empêché plus de 400 prétendants de se rendre au camp de base au mois de septembre. Las, la puissante mousson de cette année 2022 restera dans les mémoires, causant des avalanches jusqu’au camp de base, puis, hélas, un nouveau décès, celui de Dawa Chhiring, le 2 octobre. Ce sherpa guidait un groupe commercial de Seven Summit Treks descendant du camp 2 au camp 1 quand une avalanche a balayé les alpinistes. Son corps n’a pu être retrouvé qu’hier, le 3 octobre. Ceci est arrivé le même jour qu’une avalanche qui a dévasté le camp de base lui-même, pourtant en principe à l’abri : une trentaine de

Copy link