fbpx
@

Haut-lieu du nordique, Autrans et le plateau de Gève ne perdent en rien leur charme en été. Un air de Canada, jusqu’à décider de pousser au bord ultime du Vercors : le Bec de l’Orient, 1568 m, est l’extrême pointe nord-ouest du massif, offrant un panorama époustouflant à 360 degrés sur la vallée de l’Isère et même la Chartreuse occidentale. Un lieu magique, où réaliser une boucle empruntant le chemin aérien mais aisé des crêtes est un plaisir de chaque instant. 

Ce sommet cache bien son jeu. Quand vous atteignez le plateau de Gève, au-dessus d’Autrans, la forêt semble s’étendre sans limite. Le regard embrasse les sapins, et la belle plaine où les chevaux paissent, près du refuge de Gève. L’esprit est déjà ailleurs. La piste s’enfonce dans la forêt dense, où parfois des lapiaz accrochent le regard.

Rien n’annonce le choc visuel, la vision sans limite du rebord nord du Vercors. L’ultime falaise du Vercors est sous vos pieds quand après une montée finale, vous vous retrouvez sur un chemin de ronde, dont la vue est partiellement occluse par les feuillages. Ne pas chercher à se rapprocher du bord pour mieux voir : il suffit d’être patient. Tout vient à point qui sait marcher (un peu).

Bec de l’Orient, un univers à la Tolkien. © Jocelyn Chavy

Dépassé sans le voir, le passage du Pas Brochier est un moyen de franchir l’impressionnante falaise – que l’on conseillera uniquement à des randonneurs alpins munis d’une corde, et à la montée. Si vous cherchez à faire une belle boucle au départ de Montaud, ou tout simplement visiter les crêtes avec un passage en bas de la falaise, il y a plusieurs possibilités.

L’une d’elles peut consister à rejoindre la Grande Brèche, proche du sommet de la Buffe, au rebord Nord-Est du plateau, puis à descendre jusqu’à prendre le tunnel du Mortier, qui permet de passer versant vallée de l’Isère. Ensuite, une piste (refaite) ramène sous le fameux Pas de la Clé. Après la remontée, deux passages sont possibles pour franchir la falaise finale : soit celui par le passage emprunté historiquement pour débarder le bois, soit par le sentier juste à côté, plus facile. Du Pas de la Clé, prendre plein ouest permet de rattrapper le chemin du Bec de l’Orient.

Sinon, à la journée, on peut faire le tour des crêtes du Vercors nord, de la Sure au Signal de Nave en passant par la Buffe et le Bec de l’Orient, en suivant la course du soleil, pour un panorama s’étendant de la vallée grenobloise 

À la journée, on peut faire le tour des crêtes, de la Sure au Signal de Nave en passant par la Buffe et le Bec de l’Orient.

 © Jocelyn Chavy

Passage au refuge de Gève, sur le site nordique du même nom. © JC

Après quelques hésitations en sous-bois, sur un chemin bardé de racine, l’itinéraire franchit une petite prairie avant d’atteindre une grande croix qui marque le Bec de l’Orient. N’en restez pas là : le belvédère large juste en-dessous, avec assez de place, en met plein les yeux. Le panorama est à 360 degrés, complètement époustouflant dans la lumière de fin de journée. Au sud, le regard suit l’Isère qui se glisse le long des flancs du Vercors ouest. À l’ouest, il suit les collines de Chambaran et tout le nord du département. Au nord-est, le regard embrasse la Chartreuse occidentale, Voiron, Voreppe. Majestueux, le Bec de l’Orient s’avère l’un des plus beaux rapports marche/panorama des Préalpes. 

Le regard porte sur la Grande Sure en Chartreuse, avec Voreppe au pied. ©Jocelyn Chavy

Sommet : Bec de l’Orient (1557m)

Dénivelé : 300m

Horaire moyen : 2h montée / 2h descente

Point départ : Gève, parking de la route forestière de Gève au départ d’Autrans, 1290 m.

A voir : boucle d’ouest en est (ou l’inverse), le Signal de Nave, le Bec de l’Orient, la Buffe, le tunnel de Mortier, et pourquoi pas, la Sure (1643 m) pour un tour complet du plateau (compter la journée).

Où dormir /manger : refuge de Gève (à 10 minutes du parking). En allant à Autrans depuis Lans, l’auberge de la Croix Perrin, au col du même nom.

Infos : Alpes Isère

Vue sur la région de Chambaran. © Jocelyn Chavy

Sunset de rêve au Bec. © JC

Au loin le soleil couchant illumine la Grande Sure, et les Rochers de Lorzier, autre rando-belvédère en Isère à découvrir. ©Jocelyn Chavy

Copy link