fbpx
@

Un granite de rêve : oui, cela existe dans les Écrins ! Avec celui de la face sud de la Meije, du cirque du Soreiller, le rocher de l’Aiguille de Sialouze est une merveille de rondeurs à caresser, de fissures parfaites pour user votre jeu de coinceurs. La traversée sud-nord de Sialouze sera un objectif dont l’horaire vous donnera confirmation de votre talent en terrain montagne, ou au contraire, une (belle) étape dans l’apprentissage de cette façon de grimper, en adhérence mais sans pitons, sur une série de flèches dorées. Le « Grépon des Écrins » est une très belle course qui n’est pas classique pour rien.

Il est des courses dont on rêve pendant des années, et un jour, peut-être, en fonction de l’expérience, de la chance,  ou de la forme des nuages, on vit ce rêve, rare comme tous les rêves qui se réalisent. La traversée de l’Aiguille de Sialouze ne faisait pas partie de ce type de course, comme pourrait l’être la Livanos en face sud-ouest. « La traversée de Sialouze n’est pas une grande course, mais un divertissement excellent et sympathique » a écrit Gaston Rébuffat dans les 100 plus belles courses des Écrins, au sujet de sa course n°50. Quand le gars qui a fait la seconde ascension de la Walker aux Jorasses corde à la ceinture vous parle d’un « divertissement », ne le prenez pas au pied de la lettre. La traversée de Sialouze est d’une difficulté technique abordable, mais mieux vaut une certaine expérience du terrain montagne pour avancer : si le rocher est excellent la plupart du temps, l’équipement est (plutôt) rare : Sialouze permettra d’user un peu la peinture de vos coinceurs, à coup sûr. (…)

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link