fbpx
@

Pierre Gignoux et Brice Filliard ont réalisé une traversée impensable du massif de Belledonne, auréolée de 21 sommets, 7 pentes raides et cumulant au total 10.300 de dénivelé, tout cela en l’espace d’une longue journée. Une ligne aussi alpine qu’esthétique que l’inventeur de la chaussure carbone a poli pendant des années. Une synthèse du ski en mode ultra et light. Reportage.

Delledonne n’est pas le plus prestigieux des massifs des Alpes, ni du monde d’ailleurs. Il y a plus haut, plus beau, plus exotique. Qu’importe, la traversée réalisée par Pierre Gignoux et son compagnon de route Brice Filliard se révèle majeure. Jugez-en plutôt : un cumul de plus de 10 kilomètres verticaux pour 90 km parcourus, sans croiser une seule route. Le tout en 24 heures chrono. Hormis les tentatives de record de dénivelé  à ski sur ce même laps de temps, en aller-retour sur une piste, difficile de retrouver dans les tablettes des réalisations aussi conséquentes en montagne. Les compteurs semblaient plafonner autour des 9000 mètres positifs comme ce fut le cas pour Kilian Jornet sur les sept sommets norvégiens de Romsdalen en 2016, ou pour François D’Haene et Philip Reiter sur la haute route du Tyrol en 2020.

Oui, les chiffres sont impressionnants et ce sont eux qui attirent l’attention de l’auditoire, pressé de transformer en « monstres » les athlètes capables d’une telle performance. Mais n’est-il pas plus passionnant de gratter le vernis brillant de l’exploit ? Quel intérêt aurait l’Odyssée si on la résumait aux kilomètres parcourus en bateau ?
Reportage et retour sur cette très belle traversée, avec Pierre Gignoux. (…)
La suite pour les abonnés

. . .

Copy link