@

« Non mais regarde moi cette trace de ratrack ! » En ski de rando chacun son style, parfois (très) personnel, pour faire la trace. Tout un art qui doit pourtant obéir à certaines règles pour que tous évoluent en sécurité et sans efforts superflus. Quelques conseils de l’ANENA pour voir plus loin que le bout de ses spatules.

Pour gérer au mieux leur sécurité, les pratiquants de la montagne hivernale s’enquièrent d’un certain nombre d’informations : bulletin nivo-météorologique, cartes et topos descriptifs d’itinéraires. L’objectif est de choisir le terrain d’évolution qui sera le plus adapté aux conditions du moment et au groupe, d’un point de vue à la fois technique et comportemental. Ces principes sont assez bien connus de la majorité des pratiquants. Ils risquent toutefois d’être sérieusement mis à mal s’ils ne sont pas relayés sur le terrain par une attention particulière accordée au choix de la trace. Il va de soi que chacun reste libre et responsable de sa pratique. Néanmoins, une attitude réfléchie sur nos choix d’itinéraire lors d’une progression peut être déterminante sur deux points : la sécurité et la gestion de l’effort.

Voici quelques éléments de réflexion, tels une incitation à porter son regard au-delà de ses spatules, nos sens sans cesse en éveil quant à la perception et la prise en compte de la topographie.

Cales hautes et trace direct pour aller au plus court. Efficace mais usant. ©Arthur Lachat

Chacun reste libre et responsable de ses choix, y compris de sortir

Copy link