fbpx

Premières neiges à ski en Ubaye

©Ch. Angot

Mi-décembre, nous sommes dans les Alpes du Sud, plus exactement dans la jolie station de Vars-les-Claux. Léa, Pierre et moi sommes venus dans le coin pour quelques jours suite aux intenses chutes de neige de la fin de semaine. Nul besoin de vous préciser quelle a été notre motivation… !

Enfin ! Elle est là, la neige fraîche, immaculée, légère et féerique ! Celle que nous attendons tous en début de saison, et en masse, recouvrant tout sur son passage. Plus de 60 cm durant la semaine ! Avec les premières chutes plus tôt dans la saison, pas de risque de toucher les cailloux.

Quel plaisir d’arriver et voir ces murs de neige fraîche déblayés par les chasses neige la veille. Notre excitation est de mise ! Malgré nos intentions précises de réaliser de magnifiques sorties de ski de randonnée et au vu du peu de monde présent dans la station, nous avons décidé pour ce premier jour de profiter des nouvelles installations mises en place sur le domaine afin de rentabiliser notre venue et notre recherche de neige fraîche. Et l’occasion pour nous de tester les vêtements Ternua adaptés à la pratique du ski de randonnée grâce aux conseils du Vieux Campeur.

Départ de Fouillouse, un hameau au dessus de St-Paul-sur-Ubaye ©Christophe Angot

La marque basque nous a prêté ses derniers modèles de vêtements pour le ski de rando. Pour ceux qui ne la connaissent pas, Ternua est une marque engagée envers l’innovation durable. Ses vêtements respectent la qualité, la durabilité, la fonctionnalité et la polyvalence demandée pour le ski de randonnée, et de la confiance dans une fabrication réalisée dans le respect de l’environnement et des personnes.

Pour cette sortie, Léa et Pierre portent l’ensemble Ternua Rakaposhi. C’est un ensemble haut de gamme et très technique, qui a d’ailleurs reçu un ISPO Gold Award pour sa technologie innovante. Sa membrane en particulier, est une Schoeller Aerobrane élastique 4 directions, extrêmement souple et stretch. Pratique pour ne pas se sentir engoncé en skiant ou en cherchant la gourde dans le sac.  En plus, elle est fabriquée sans PFC et à base de matériaux recyclés, ce qui lui confère le label Bluesign d’écoresponsabilité. Ultra-technique et éco-responsable : qui dit mieux ?!

Le hameau de Fouillouse ©Christophe Angot

Durant la journée et grâce à nos nombreux allers-retours balayant toute la montagne, nous constatons l’état du manteau neigeux en toute sécurité. Nous notons la présence d’une couche fragile, de nombreuses coulées à départs spontanés et selon l’altitude, une neige bien croûtée. Étrange aux vues des températures très basses ces derniers jours et la récente chute de neige. Le soir, je contacte mes amis locaux afin d’y voir plus clair.

Ok, tous m’affirment la même chose. A la fin des fortes précipitations, un redoux de quelques heures a laissé quelques gouttes de pluie pénétrer notre magnifique manteau neigeux puis tout a regelé suite à la rechute des températures durant la nuit dernière. Pas loin de -12 degrés à 2000m lors de notre arrivée à 9h ce matin.

On émerge de la forêt. ©Christophe Angot

Nous décidons donc de programmer une sortie rando pour le lendemain. Pierre contacte Alex, un ami à lui habitant dans le massif juste à côté, l’Ubaye. Ce dernier est partant pour se joindre à nous et nous montrer ses montagnes. Nous regardons chacun de notre côté les cartes, essayant de viser au mieux en fonction de l’altitude et des versants afin d’éviter cette neige croûtée et limiter également notre exposition aux avalanches, nombreuses ces derniers jours. Notre choix est fait, le départ se fera de Fouillouse, un hameau au dessus de St-Paul-sur-Ubaye.

L’Ubaye en blanc ©Christophe Angot

Il est 8h et nous prenons la direction de ce petit havre de paix difficile d’accès au vu de ce qu’il a neigé. Depuis St-Paul la route est toute enneigée, parfois complètement glacée, seules quelques voitures sont passées la veille. Le paradis se mérite ! Nous espérons secrètement être les premiers à profiter de l’immensité de ces vallées et de la neige immaculée dans les forêts de mélèzes et les pentes sommitales.

Nous y sommes, seuls, le parking à peine déblayé est vide et le hameau fantomatique ! Aucunes traces à l’horizon, le pur bonheur ! Il fait grand beau, froid et sec, le soleil se cache derrière les montagnes mais la lumière est magique ! Nous chaussons les skis directement depuis la voiture et c’est parti pour quelques heures de montée. L’objectif ? Une sortie contemplative, les yeux grands ouverts, à profiter de chaque instants !

Montée sur fond de Brec de Chambeyron. ©Christophe Angot

©Christophe Angot

Bonne neige en Ubaye ! ©Christophe Angot

Alex, notre guide local nous ouvre la route, il connaît ces montagnes par cœur. Nous passons à côté des quelques habitations et bergeries restantes en fond de vallée et nous bifurquons dans les mélèzes en face nord. Dans l’ombre de la montagne, la montée est douce et agréable au milieu de cette immense forêt. Quel plaisir de faire la trace où bon nous semble, écouter les oiseaux et le bruit de la neige fraîche s’affaissant sous nos spatules ! Chacun notre tour et à allure modérée nous nous relayons tranquillement profitant de l’ascension pour discuter.

Ultra-technique et éco-responsable : qui dit mieux ?!

A mi-montée, nous arrivons sur une épaule où le bois se termine. Le soleil vient nous caresser les joues pour la première fois de la journée et le Brec de Chambeyron, sommet emblématique du massif, s’offre à nous. Un moment de contemplation s’impose ! Nous enlevons quelques couches de nos vêtements techniques Ternua et reprenons notre ascension.

Sur place, la vue est splendide ! Étant donné les risques de ces derniers jours nous choisissons un itinéraire à vue qui évitera les pentes de plus de 30 degrés. Cela nous emmène à faire une longue traversée montante à flanc de montagne, quoi de mieux pour profiter de la vue qui s’offre à nous.

En traversée. ©Christophe Angot

Sur notre sommet, évitant les plaques déjà parties dans les zones plus raides. ©Christophe Angot

Lors de cette seconde moitié d’ascension et progressant dans les pentes à faible degrés, les « wouuuuf » d’affaissement de plaque géante dû à notre passage, nous réconforte dans notre choix de terrain de jeu. La même chose au dessus de 30 degrés serait trop risqué.

Léa, Pierre et Alex arrivent désormais non loin du but tandis que je m’étais laissé distancé pour les images. Une petite pause de leur part me permet de les rattraper et nous finissons ensemble sur une magnifique crête juste au dessus du col où nous avions prévu d’aller. Magnifique. Une vaste vue à 360 degrés sur la vallée de l’Ubaye, le massif de l’Eyssina, le col de Vars, le Grand Parpaillon, le Pic de la Font Sancte. Nous profitons du paysage quelques instants puis nous nous empressons de nous élancer dans la neige fraîche. On restera non loin de nos traces de montée pour la sécurité.

©Christophe Angot

Place à la descente ! ©Christophe Angot

Des chaussettes Lorpen pour rester au chaud.

De retour à Fouillouse, bien isolés par les vêtements Ternua : veste Jugal pour Léa et Rakaposhi pour Pierre.

Nous descendons un à un jouant avec le relief à droite, à gauche, la neige est bonne, parfois légèrement changeante mais le plaisir est intense. Au fil de la descente nous nous apercevons qu’il sera difficile de rebasculer dans notre forêt de mélèzes sans devoir repeauter. En suivant nos traces, notre longue traversée montante et pas très raide nous bride un peu les sensations de glisse. Entre une longue traversée ou un terrain de jeu vierge avec de belles pentes douces et une remontée de quelques dizaines de minutes, le choix est rapidement fait : on continue à descendre !

Un peu plus bas nous voilà à repeauter pour 20 minutes afin de retourner sur notre épaule ensoleillé de ce matin. C’est l’heure de dire au revoir au soleil et de rebasculer dans la partie nord en pleine forêt de mélèzes ! Pierre lâche rapidement un « rendez-vous en bas » et les fauves sont lâchés ! La neige est excellente et nous prenons un malin plaisir à slalomer au milieu de ces arbres immenses entrecoupant le paysage.

Les sourires jusqu’aux oreilles on se retrouve au fond de la vallée. C’est l’heure de l’apéro ! Plus qu’à se laisser glisser vers notre petit hameau de départ, Fouillouse, et ses charmantes maisons.

 

 

Plus d’infos avec la gamme Ternua Au Vieux Campeur.

17 Shares
Copy link