fbpx

La Synchronie fantastique d’Yves Exbrayat

Deuxième roman d’Yves Exbrayat après Un mois d’émois, ce nouveau roman délaisse Kathmandou pour planter l’action autour d’un sommet imaginaire, le Grand Cerviso. Mais ce n’est pas le décor qui compte : la montagne n’est que l’aimant autour duquel les personnages plutôt truculents vont se chercher, s’entrecroiser, et bâtir leur vie. Ne cherchez pas dans ce roman de littérature alpine les passages de sixième degré, mais tantôt les travers, tantôt les adrets des amoureux des montagnes. Humains, trop humains.

Ne pas se fier au titre, qui fait référence, in fine, à cette bande de personnages, garçons et filles, que la vie, et surtout la montagne, fait s’entrecroiser. Comme disait le cinéaste Claude Sautet à propos de son film Vincent, François, Paul.. et les autres, ce n’est pas une histoire d’amitié, mais « un film sur une bande. C’est parce qu’ils sont tous à moitié ratés qu’ils sont ensemble ». Lui comme l’auteur dessinent avec tendresse des personnages ambivalents souvent magnifiques, qui ont le bon goût de changer, voire de se bonifier en cours de livre. Les voir se détacher de leur égotisme (surtout les mecs) a quelque chose de réjouissant. Le roman d’Yves Exbrayat est à mi-chemin entre les meilleurs films de Sautet, pour sa méticulosité à planter de beaux seconds rôles (revoir Max et les Ferrailleurs…) et une version réussie de cette perle de la littérature alpine, la Voie Jackson de Gérard Herzog (le frère de l’autre) pour son histoire alambiquée de couple(s) en montagne.

 

Par Yves Exbrayat, éditions la Fontaine de Siloé, 216 pages, 19,90 euros.

L’histoire ? Elle commence par une face nord maudite, celle du Grand Cerviso, d’une cordée qui finit mal. A partir de là, Yves Exbrayat décrit sa troupe de personnages, Louis, Julie, Manon, Pablo… et les autres, qui gravitent autour de cette montagne, ou ailleurs, qu’il s’agisse de grimper du 7, de randonner ou de faire une voie normale en fauteuil tracté par les potes.

Héros malgré lui de ce livre polyphonique, le personnage le plus attachant, Louis est un bobo lyonnais, fils de pub, qui aime les soirées et déguste les filles (et pas l’inverse). D’abord détestable, le gars s’immisce en montagne pour les beaux yeux d’une copine, et tout va changer, petit à petit, sous nos yeux. Il n’y a pas que les personnages truculents qui font sourire, mais aussi quelques scènes qui sentent bon le vécu, l’humour (ah, la scène du guide homosexuel…) et l’auto-dérision de l’auteur, lui-même montagnard. Sans révéler quoi que ce soit de la fin, on imaginerait volontiers une suite !

Copy link