On vous a présenté la traversée du Grand Paradis, massif italien voisin qui porte bien son nom. Paradis du trek et de la randonnée itinérante, voici notre topo jour par jour pour organiser une belle semaine du Valgrisenche au Valsavarenche, voire jusqu’à Cogne pour les plus motivés. Un coin de la vallée d’Aoste qui est définitivement à ne pas manquer cet été. 

Jour 1. Valgrisenche (1664m) – Refuge Chalet de l’Épée (2370m)

Poiint de départ : Mondange. Durée : 3h. D+ : 700 m.

Une mise en jambes, mais aussi un moyen de faire une belle petite étape le temps de franchir le tunnel du mont Blanc ou de passer le col du petit Saint Bernard quand on vient de France; le Valgrisenche est la vallée la plus occidentale du massif du Grand Paradis, au point qu’elle est exclue du coeur du parc national lui-même. Mondange est un hameau à cent mètres de la sortie de la commune de Valgrisenche. Dans le hameau, partez d’une petite chapelle et emprunter le sentier de l’Alta Via n°2 balisé en jaune. À travers paturages, vous traversez les chalets de Prariond à 2038m. Puis, le sentier bifurque franchement à droite pour atteindre le chalet refuge de l’Epée.

Valgrisenche J2, en route vers le lac Saint Martin. © Jocelyn Chavy

Jour 2. Refuge de l’Epée (2370m) – lac de Saint-Martin (2780m) – Refuge Mario Bezzi (2284m)

Durée 5h. D+ : 550 m. D- : 650 m. Avec le détour par le lac, ajouter aussi un D+/D- de 320m.

Le sentier contourne et traverse à flanc le pied des rochers de la Grande Rousse. Un passage raide permet de franchir une crête rocheuse au point 2594m. Puis, le sentier, panoramique, s’éloigne des pierriers pour retrouver des espaces plus larges et aisés. Une fois atteints les alpages de Vaudet, profitez en pour monter au lac Saint Martin, aux magnifiques eaux bleu profond. Vue imprenable sur les glaciers et les éperons de la Beccaz di Suessaz, 3420 m, en face. À la descente, le sentier descend brualement sur le refuge Mario Bezzi.

Jour 3. Refuge Mario Bezzi (2284m) – col Bassac Déré (3082m) – Refuge Benevolo (2285m).

Durée / 7h. D+ : 800 m. D- : 800 m.

Démarrez tôt pour cette journée plus longue qu’il n’y paraît, et pour votre premier col à 3000. Le sentier quite peu à peu les alpages pour rejoindre de vastes pierriers issus du grand cirque glaciaire de la Grande Sassière 3751m. En général, jusqu’à fin juillet le col reste sous la neige mais le réchauffement climatique fait son oeuvre. les bâtons restent indispensables. Une fois atteint le col on bascule dans la deuxième vallée, le Val di Rhêmes. Un grand pierrier vous attend jusqu’au lac de la Golettaz. C’est avec plaisir pour les jambes et les genoux que l’on retrouve les alpages sympathiques et un sentier grand confort sous la Granta Parei à 3387m. Sous cette montagne impressionnante se niche le refuge du jour : Benevolo, dans le val de Rhêmes donc.

Coucher de soleil bien mérité depuis le refuge Benevolo. ©Jocelyn Chavy

Jour 4. Refuge Benevolo (2285 m) – col de la Nivolettaz (3130m) – Refuge Cita di Chivasso (2604)

Durée 7h. D+ : 850 m. D- : 550 m.

Soyons honnêtes : la plupart des randonneurs préfèrent passer dans le Valsavarenche en franchissant le facile et fréquenté col Rosset. A contrario, le col de la Nivolettaz se mérite, et n’est sûrement pas à conseiller en cas de brouillard. En effet, après une longue montée il s’agit de savoir se repérer dans de vastes pierriers assez paumatoires, et au balisage espacé. Mais la vue fantastique sur ce cirque sauvage vaut vraiment le coup. Sans parler du panorama depuis le col de la Nivolettaz, sans doute l’un des plus marquants de tout le trek. Le bon côté des choses est que la descente est rapide sur les lacs Leytaz et Rosset. Attention quand même au terrain un poil pourri au départ. Vous voici devant l’un des plus fameux panoramas du Grand Paradis : le sommet lui-même à 4061m, les lacs aux eaux bleues. Vous pouvez ensuite passer la nuit au refuge privé Savoia mais nous avons choisi le sympathique refuge Citta di Chivasso, doté d’une belle bibliothèque.

Fantastique panorama depuis le col de la Nivolettaz. ©Jocelyn Chavy

Jour 5. Refuge Citta di Chivasso (2604m) – Pont (1960 m) – Refuge Vittorio Emmanuele II 2732m.

Durée 6 à 7h. D+ : 780 m. D- : 650 m.

Un début d’étape qui change puisque c’est en grandes foulées que le traverse le superbe Piano del Nivolet, cette plaine de Mongolie où serpente le torrent. Le sentier descend subitement jusqu’à Pont, la foule des voitures et du parking. La traversée peut s’achever ici. On conseille de poursuivre en remontant sous un soleil si possible pas trop haut au refuge Vittorio Emmanuelle, ou bien au refuge Chabod. (voir chapitre suivant) Le second, Chabod, sera moins bondé et n’ajoute pas tant de dénivelé…

Jour 6. Refuge Vittorio Emmanuelle ou Refuge Chabod (2710m) – Eaux Rousses (1666 m), variante par le col du Grand Neyron.

Durée 5 à 7h selon variante. D+ : 350 ou + 900 m. D- : 1160 ou 1700 m.On laisse les regards se perdre dans les glaciers de la Becca di Montandayné et de l’Herbetet. Deux possibilités : soit tenter le col ouest du Grand Neyron en remontant sous la pointe Money jusqu’au col, 3295 m (attention en début de saison à la neige). De là on redescend directement sur le village des Eaux Rousses. Sinon, faire l’aller-retour sur l’alpage de Montandayné pour redescendre à Eaux Rousses via un tronçon de route et Pravieux (1834m).

Les variantes

  • Pour le début du trek on peut supprimer le Jour 1 et monter directement au refuge Mario Bezzi de préférence en utilisant le sentier panoramique de Surier. Mais cela implique un départ matinal.
  • Pour la fin du trek, plusieurs options sont envisageables et déjà mentionnées dans notre premier article. Ceci inclut depuis Eaux Rousses ou Valsavarenche une montée au col Lauson qui est éprouvante (1700m de D+) et complique la logistique retour, qui passe par Valnontey et Cogne.
  • Il est possible de faire l’itinéraire dans l’autre sens. Il fera (encore) plus chaud le matin.
  • Un conseil : de nombreuses agences de trekking proposant l’itinéraire en partant le dimanche ou le samedi, choisissez un autre jour de la semaine pour avoir moins de groupes.
  • D’autres découpages sont bien sûr possibles en trois jours seulement voici un exemple ci dessous.
  • La petite traversée du Grand Paradis en 3 jours option facile : J1 : depuis le Val de Rhêmes monter au refuge Benevolo. J2 : Franchir le col Rosset et dormir au refuge de Citta di Chivasso. J3 : descente jusqu’à pont matinale, remontée au refuge Chabod, et descente finale à Eaux-Rousses.

Instants de beauté pure dans le Valgrisenche. © Jocelyn Chavy.

INFOS

 

Cartes

Carte au 1/50000ème Il Parco Nazionale del Gran Paradiso, IGC. Carte au 1/25000ème n°102 et n°101 Gran Paradiso.

Climat, équipement

Montagne, cols à plus de 3000 et pierriers : évitez les chausures de trail à semelle molle, surtout quand les cols sont encore enneigés. Préférez des tiges hautes et dans tous les cas, une paire de bâtons sauve souvent la mise. Pour les fans de trail, avec une météo stable, en fin aout et septembre plus aucune neige sur aucun col.

Bus et logistique

Deux voitures ou bus de puis Aoste : départ des bus Autostazione via Carrel à Aoste, plusieurs bus par jour jusqu’au départ du trek à Valgrisenche. Idem pour le retour depuis Valsavarenche, ou Cogne (avec bus depuis Valnontey). Infos (encore plus d’infos sur le site Tourisme ci-dessous) : https://www.regione.vda.it/

Web

  1. Le site officiel tourisme de la vallée d’Aoste, vraiment plein d’infos : https://www.lovevda.it/fr
  2. Le site officiel du Parc National du Grand Paradis : http://www.pngp.it/fr

à ne pas rater…

Notre article qui présente la traversée du massif : Grande Randonnée au Grand Paradis

Vous aimez Alpinemag ? Soutenez un média indépendant et abonnez-vous pour lire 100% des articles.