@

Le disparu du col de la Temple – 2/3 Nouvelle

Bernard Messner suivit Philippe Darlet en mettant ses pas dans ses traces. Ils atteignirent tous deux un gros bloc dont la jonction avec la neige présentait un trou profond. À cet endroit, le névé, chauffé par le rocher, emmagasinant la chaleur, avait formé peu à peu une poche dont le sommet, gros comme la coupole d’une crypte, s’était effondré, révélant un espace creux dans lequel on apercevait des jambes.

Philippe Darlet tenta d’atteindre le mort en glissant vers le bas à plat ventre, les jambes retenues par Messner qui trouva la scène burlesque et dangereuse.

«Il faut appeler les secours, donner des instructions pour amener des sauveteurs avec des pelles et prévenir la gendarmerie. »

Messner avait retrouvé les réflexes du commandement, il avait débité sa tirade d’une voix ferme.

Philippe Darlet fut d’une efficacité remarquable. Il utilisa son poste de secours qui ne le quittait jamais et on entendit rapidement le vrombissement de bourdon de l’hélicoptère de la gendarmerie.

Messner, mis à l’abri, observa la dépose des sauveteurs. Il se précipita vers eux et se présenta.

Darlet leur indiqua l’emplacement du corps, Messner demanda que la scène de la découverte soit filmée dans son portable.

À mesure que les gendarmes pelletaient et dégageaient la neige, Darlet décrivait à Messner les parties du corps qui apparaissaient. Les sauveteurs prirent conscience que le cadavre devait reposer là depuis plusieurs décennies.

« Le gars porte des chaussures de montagne de marque – Darlet hésita –, aïe ce n’est pas un modèle

Copy link