fbpx
@

L’homme au 14×8000 en un temps record, Nirmal « Nims » Purja, vient d’annoncer avoir gravi le K2 sans oxygène, lors de la première hivernale du deuxième sommet de la planète, samedi 16 janvier. 

Difficile de faire la fine bouche devant un tel exploit. Nirmal « Nims » Purja affirme avoir réussi l’ascension du K2, 8611m, le 16 janvier, sans oxygène. La nouvelle de l’ascension de la deuxième montagne de la planète en plein hiver a été un coup de tonnerre en soi : depuis une décennie nombre d’expéditions se sont cassées les dents au pied du dernier 8000 à ne pas avoir été gravi en hiver. Un défi hors normes, qui malgré l’échec d’alpinistes polonais – entre autres – a aiguillé l’appétit d’autres prétendants : les népalais en l’occurence ! Une première équipe, celle de Mingma Gyalje Sherpa (et deux compagnons) s’est lancée, puis celle de Nims Purja, l’homme qui a plié les quatorze 8000 en moins de temps qu’il ne faut à une deuxième vague de coronavirus pour se déclencher – six mois. Les 14×8000 ont été une performance historique réalisée avec oxygène, ceci dit.

Le 16 janvier, 10 népalais se sont tenus fièrement au sommet du K2. Une réussite collective, incontestable, et un belle démonstration de ce que les népalais font depuis cinquante ans sans en récolter les fruits – ceux de la gloire, à savoir ouvrir une voie, l’équiper, sur les montagnes les plus hautes, et souvent, par définition, les plus dangereuses de la Terre.

Depuis 48 heures, la question qui est sur tous les claviers est la suivante : si Mingma G avait annoncé une possible tentative sans oxygène, si Nims Purja avait laissé planer le doute sur la possibilité d’une ascension sans oxygène, rien n’avait filtré depuis : est-ce que l’un des alpinistes népalais avait réussi à gravir le K2 sans ox ? Précisions utiles : une ascension sans oxygène entourée de partenaires aux sacs à dos garnis de bouteilles d’O2 n’aurait sûrement pas placé le curseur du « fair means » au même niveau qu’une ascension en duo, en cordée, sans oxygène de secours à portée de main.

En fin de journée ce 18 janvier, Nirmal Purja révèle qu’il a choisi, après avoir pesé le pour et le contre, de tenter l’ascension sans oxygène. Il explique sur son compte Instagram : « J’ai toujours su de quoi mon esprit et mon corps sont capables. Pour simplifier les choses, sur mes évolutions précédentes, j’avais pris de l’oxygène à partir de 8000 m et plus [carrying oxygen from 8000m] , mais j’étais personnellement satisfait de mon efficacité de travail jusqu’à 8000 m. C’était mon choix et j’avais mes propres raisons et ma propre philosophie. » (…)

 

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link