Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dragon Fly

Il n’y a pas qu’à l’Everest où les bouchons de prétendants au sommet allongent la durée d’ascension. Le Grand Paradis, 4061m, inaugure un système de sens de circulation, pour éviter les queues et les files d’attente dues aux croisements difficiles. Et ce n’est pas un poisson d’avril !

Fini la queue ! Basta code ! C’est le refuge Chabod qui l’a indiqué sur sa page Facebook. Et c’est la compagnie des guides du Valsavarenche qui est à l’origine de l’équipement. Réputé comme étant l’un des 4000 les plus faciles des Alpes, le Grand Paradis a tendance à devenir un enfer quand durant les belles journées d’été plusieurs centaines de prétendants se pressent au sommet. L’ascension, débonnaire sur un glacier qui rétrécit mais reste aimable, se raidit uniquement pour atteindre les blocs sommitaux, rochers qui d’ailleurs ont « grandi » en raison de la fonte des glaces.

Nécessitant quelques courts passages d’escalade facile, ces blocs sommitaux rendent le flux montant et le flux descendant difficiles à croiser. Résultat, une heure ou deux, parfois, d’attente sont nécessaires pour gravir la quinzaine de mètres finale. Les guides ont donc décidé de créer un sens de circulation horaire, avec accès par le nord et descente par le sud. L’accès par le nord a été équipé de barreaux. Joint par téléphone, la Compagnie des Guides du Grand Paradis confirme la nouvelle.

Il ne reste plus qu’à gérer le temps d’attente pour les selfies au sommet… et à dupliquer le système sur le mont Blanc, où, déjà, un tel plan de circulation va être mis en place sur le Goûter.

Bien entendu, le Grand Paradis regorge de sommets voisins la plupart du temps déserts. À bon entendeur !

Le Grand Paradis, 4061m. La voie normale remonte le glacier à droite jusqu’au point culminant, à droite près du nuage sur la photo. ©Jocelyn Chavy.