Votre mot de passe vous sera envoyé.
Treks en Himalaya

Une F1 aux airs de berline

+

Détection RECCO
Réglage BOA facile
Polyvalence

Étroites pour les pieds larges

Présentation

Au pied du versant italien du mont Blanc, à Courmayeur, Scarpa a récemment présenté le vaisseau amiral de sa gamme de chaussures de ski de rando, les F1 …version 2019 ! On les a entraperçues, dans un mouvement fugace, aux pieds du skieur chamoniard Vivian Bruchez dans son film « Entre les lignes » aux Rencontres du cinéma de montagne de Grenoble. Les nouvelles chaussures Scarpa F1 étaient entrainées malgré elles dans des pentes insoutenables. C’étaient les flancs vertigineux du Nant Blanc, de mémoire. Un lieu qui tient du mythe dans le milieu de la pente raide et que Bruchez était parvenu à skier en compagnie de Paul Bonhomme. À partir de là, tout est dit. Si les Scarpa F1 permettent d’aborder ce genre de montagne, alors elles sont capables de tout faire. Qui peut le plus peut le moins, adage bien connu. La balade du dimanche, la grande bambée un jour de poudreuse, des passages raides en crampons, un raid au printemps… les F1 vous mettront à l’aise dans un très large spectre de situations. C’était vrai avec les précédentes générations et l’itération 2019 ne fait pas mentir ce digne héritage.

Prise en main

Pas de bouleversement au programme, donc. Scarpa fête ses 80 ans cette année alors, en bonne octogénaire italienne, la vénérable maison d’Asolo ne prend pas de risque. Prime à la sécurité ! Au sens propre d’abord, car la F1 est désormais pourvue d’un système de recherche RECCO. Vous savez, ce petit carré qu’on voit parfois sur certains manteaux. Cette fois-ci, le réflecteur (qui fonctionne sans batterie et à la durée de vie quasi illimitée) a été placé dans la languette supérieure et complète le DVA en cas d’avalanche sans le remplacer, bien entendu. Il permet d’être localisé par les secours terrestres en station ou les hélicoptères qui disposent d’une sonde de recherche RECCO et donne une chance supplémentaire d’être retrouvé rapidement si on a le malheur d’être enseveli. Bref, si votre grand mère vous voit partir avec les F1 après le repas dominical, voilà un nouvel argument à avancer pour la rassurer un peu avant de partir en balade digestive en montagne. 

Scarpa n’a pas non plus pris de risque sur l’ensemble de la construction de la chaussure, qui reprend celle de l’hiver dernier. Pas de révolution, mais une petite évolution pépère. Pour les néophytes, cela se résume ainsi : débattement généreux de 62 degrés, injection carbone dans le sabot pour assurer la rigidité et le maintien en descente, levier arrière pour la position montée ou descente, chausson thermoformable, semelle Vibram… Avons-nous oublié quelque chose ? Oui ! Le serrage : deux straps velcro surdimensionnés au niveau tibial et une grosse molette signée BOA pour le pied. De quoi ajuster le tout au millimètre sans enlever ses gants. Vos doigts vous en seront reconnaissants. De plus BOA adapte la taille de la molette sur cette F1 selon le modèle : homme ou femme, molette normale ou petite. Côté embonpoint, la paire de F1 fait 2,4 kilogrammes. Correct sans être exceptionnel pour assurer un compromis entre montée, descente, confort et fiabilité. Plus une berline qu’une formule 1, me direz-vous, mais on ne va pas s’en plaindre.

Caractéristiques techniques

POIDS  2,46 kg (taille 27)
PRIX PUBLIC : 580€

Débattement : 62°

Coque : Plastique et carbone

Semelle : Vibram

Boucles : zéro ! Système BOA.

Chausson : Intuition Thermoformable.