fbpx
@

Discipline relativement récente, le BASE jump consiste à sauter d’une paroi, d’un immeuble, d’une tour ou d’un pont avant d’ouvrir son parapente. L’un des pionniers de la discipline est le français Erich Beaud. Son histoire retrace l’évolution d’une discipline considérée aujourd’hui comme l’une des plus originales, et l’une des plus extrêmes des sports de montagne.

En 1984, Erich Beaud a 24 ans, et déjà un beau passé d’alpiniste derrière lui. Cet été-là, il est en train de gravir le Trollwegen, le plus grand bigwall d’Europe, avec un compagnon : la voie est extrême, le rocher pourri, quand soudain, un bruit claque, synonyme de chute de pierres. Un parachute ! « Ce que j’avais pris pour une chute de pierres, c’était Carl Boenish et ses compagnons américains, qui faisaient les premiers sauts en BASE de ce côté-ci de l’Atlantique« , raconte Erich Beaud au micro du journaliste Lionel Cariou. Pour Beaud, c’est une révélation. Il arrête l’alpinisme et se met au parachutisme. Après un premier saut depuis un pont en 1987, il va réussir le premier saut de falaise en France en 1989 depuis le sommet du Marteau, emblématique pointe surplombante de la chaîne des Fiz.

une impulsion et c’est le plongeon : « comme à la piscine, sur le plongeoir de cinq mètres « , témoigne Erich Beaud au micro de Lionel Cariou.

Erich Beaud. ©Collection Erich Beaud.

Ce premier saut d’une falaise est magique, une impulsion et c’est le plongeon dans le vide : « comme à la piscine, sur le plongeoir de cinq mètres« , témoigne Erich Beaud dans le podcast. Ce premier saut va lui donner envie d’écumer les parois, à l’envers donc, du Vercors au Verdon. Sa nouvelle passion fait des émules, avec Jean-Marc Boivin qui inaugure un saut depuis le Grand Capucin, ou Dominique Gleizes aux Drus.

Des années plus tard, en 2014, Erich Beaud prend sa retraite de BASE jumper, mais d’autres ont repris le flambeau en innovant avec une nouvelle façon de sauter, ou de voler, avec la wingsuit : ce sera la période faste d’ouverture de sauts sur de grands sommets comme la Meije ou la face nord des Grandes Jorasses avec entre autres le guide François Gouy, qui depuis a remisé sa voile de BASE, comme Beaud. Une passion brûlante, qui a ouvert des voies… à l’envers !

Un podcast réalisé par France Bleu Isère, en partenariat avec Alpine Mag.

Copy link