Votre mot de passe vous sera envoyé.

La Meije, montagne reine de l’Oisans, serait-elle condamnée par l’éboulement survenu sur sa voie normale ? Personne ne le souhaite, et les guides de l’Oisans encore moins. C’est pourquoi une campagne d’exploration des solutions alternatives à la voie historique de Gaspard et Boileau de Castelnau vient de commencer. Explications et photos exclusives des premiers repérages pour une nouvelle voie normale. Pour qu’un jour, les alpinistes puissent à nouveau rêver de la Meije.

En Oisans, c’est l’effervescence : ont commencé ce week-end les premiers repérages, autorisés spécialement au drone par le Parc national des Écrins, du parcours imaginé par les guides de haute montagne locaux pour établir une « autre voie normale » au sommet du Grand Pic. Car la voie normale historique de « la Reine de l’Oisans », l’arête sud dite du Promontoire également au programme des observations, a été ravagée par l’écroulement d’une grosse tour rocheuse au niveau du Glacier Carré, qu’elle traverse, le 7 août dernier. Devenue dangereuse sur 500 de ses 900 mètres de dénivelé – nous y reviendrons – la recherche d’un itinéraire largement alternatif s’est posée sur la table pour bons nombre d’acteurs locaux et nationaux : les guides, les gardiens des refuges du Promontoire et de l’Aigle avec la Fédération des clubs alpins de montagne (FFCAM) qui les gère, le Parc national des Écrins et ses communes adhérentes notamment. Alors, arête ouest, variante en face nord, vire inconnue ? (…la suite pour les abonnés)

 

. . .