@

Tom Ballard ne redescendra pas du Nanga Parbat, qu’il tentait avec l’italien Daniele Nardi. Tom avait six ans quand sa mère, Alison Hargreaves, s’est tuée au K2, en 1995. Vingt ans plus tard, Tom Ballard signait un véritable exploit en gravissant, en solitaire, les six faces nord les plus difficiles des Alpes en un seul hiver. Le jeune alpiniste a montré un talent inouï et un mental à la hauteur de celui de sa mère, mais cette fois, cela n’a pas suffi.  Portrait.

S

ur une vieille photo de famille, Tom Ballard, âgé de quelques mois, est déjà joufflu, engoncé dans sa grenouillère. Chaussons d’escalade aux pieds, Alison Hargreaves tient son bébé dans les bras, elle paraît si jeune qu’on pense d’abord qu’il s’agit de sa sœur – et non de sa mère. Devenue en quelques années la meilleure alpiniste de sa génération, Alison Hargreaves a choisi de gravir les plus belles et les plus difficiles parois du monde. Devenir mère de famille ne l’empêche pas de signer ses plus beaux exploits en solitaire. Les six faces nord des Alpes : une série époustouflante d’ascensions en solo réalisée en un été. Ou encore, la première ascension féminine sans oxygène de l’Everest, quelques mois avant le K2. Deux enfants et un mari témoins d’une vie d’aventures exceptionnelles, une comète stoppée nette au K2, 8611 mètres : Alison Hargreaves disparaît en descendant du sommet, emportée par les vents furieux.

Les six faces nord en solo

En 2015, vingt ans plus tard, son

Copy link