Rotpunkt, Alex Megos repousse ses limites en escalade Avec Wolfgang Güllich et Kurt Albert

Ce n’est pas un film uniquement sur Alex Megos, le prodige de l’escalade qui fut le premier homme à réussir un 9a à vue. Mais à partir de sa passion pour l’escalade extrême, le film Rotpunkt revient sur deux à trois décennies de recherche des limites en escalade. Alex Megos, que nous avions rencontré avant le film, expliquait que le Frankenjura n’avait plus de secret pour lui, ayant fait à peu près toutes les voies. Y compris celle par qui le neuvième degré s’est installé, Action Directe, de Wolfgang Güllich. Rotpunkt, en allemand, veut dire grimper en libre, c’était l’équivalent dans les années 70 de « jaunir » une voie en France… curieusement, le jaune est la couleur favorite d’Alex Megos (sa voiture est jaune), et c’est la couleur de la jaquette du film !

Dans Rotpunkt, les aller-retours entre les légendes Güllich et Kurt Albert sont fréquents, pour rappeler que l’escalade extrême se construit avec des personnalités qui s’investissent au point de repousser les limites de l’escalade elle-même : il y a aujourd’hui Silence, le premier 9c de l’histoire, par Adam Ondra. Et il y a Perfecto Mundo, 9b+, signé Alex Megos, dont on voit le travail acharné dans ce type de voie. Un film Patagonia de 52 minutes à voir confortablement installé, pour profiter de ce cours d’histoire de la grimpe.