@

S’il y a bien un sommet qui exacerbe les passions, c’est le mont Blanc. Sans doute aussi par le nombre de ses prétendants – vingt mille – qui chaque année veulent monter sur le Toit de l’Europe. Problème, le mont Blanc devient de plus en plus pentu. Une grosse crevasse s’est ouverte sur l’arête des Bosses. Il faut, pour la contourner, un détour à gauche, ou plus directement, à droite. Les guides de St-Gervais avaient décidé d’équiper ce passage de pieux en fer, mais cette idée n’a pas été du goût du plus fameux des guides chamoniards, Christophe Profit, qui a enlevé deux des quatre amarrages. 

Le mont Blanc change, comme les autres montagnes. Les glaciers s’ouvrent. La (courte) saison de ski de rando a vu passer les skieurs en face nord du mont Blanc, longeant ladite crevasse avant de remonter sur l’arête des Bosses par une pente plus raide que l’ancienne voie normale.

Devant l’exposition de ce passage, les guides locaux, ceux de Saint Gervais au premier chef, ont voulu sécuriser un passage direct, appelons-le passage de droite, au moyen de pieux en fer. Quatre, pour être précis. Il s’agit donc, quelque part, d’ajouter des relais sur la voie normale – sans corde fixe, précisons-le. Ce n’est pas du goût de tout le monde. Quelques jours après la pose de ces quatre pieux d’assurage par deux guides de St-Gervais, l’un de leur confrère chamoniard, et pas n’importe lequel, en a enlevé deux. Pour Christophe Profit, membre de la

Copy link