@

Sur la voie normale du mont Blanc, au niveau de l’arête des Bosses, de larges crevasses sont apparues. La présence de ces crevasses pourrait impacter durablement la voie normale d’accès au mont Blanc en augmentant significativement son engagement et sa difficulté. Des scientifiques sont allés sur place faire des relevés. Seule bonne nouvelle sur la voie normale : le premier train estival sera plus matinal pour éviter les chutes de pierres du Goûter. On fait le point sur la situation.

Informés début mars de la présence de crevasses particulièrement inhabituelles sur la voie normale du Mont Blanc, l’étudiant en master de géographie auprès du laboratoire EDYTEM et aspirant-guide Xavier Cailhol, accompagné du réalisateur Gaetan Gaudissard ainsi que de l’aspirant-guide Corentin Gonzalez se sont rendus sur place pour effectuer des mesures. Leurs observations ont fait l’objet d’un article de Xavier Cailhol, Ludovic Ravanel et Jacques Mourey, qui rapporte la formation d’une « série de très larges crevasses sur l’arête des Bosses ». Celle-ci, qui s’étire de l’abri Vallot au sommet de l’Europe, est actuellement l’itinéraire le moins difficile techniquement et le plus fréquenté. Or, la présence de ces crevasses pourrait impacter durablement la voie normale d’accès au Mont Blanc en augmentant significativement son engagement. Entretien avec Xavier Cailhol.

Qu’est-ce qui vous a amenés à effectuer des mesures sur l’Arête des Bosses ?

Xavier Cailhol : Nous avons été informés début mars qu’il y avait de gros trous [sur la voie normale du Mont Blanc] et que le cheminement était bien plus

Copy link