Votre mot de passe vous sera envoyé.
Millet Trilogy 19

Aux confins du Pakistan se trouve la muraille du Koyo Zom 6877 mètres, un sommet gravi seulement deux fois auparavant. En six jours, Tom Livingstone et Ally Swinton ont ouvert la fantastique paroi ouest, haute de 1500m. Lors de la descente, le 29 septembre, Ally s’est ouvert le crâne en tombant dans une crevasse. Voici le récit d’une ascension épique, une histoire d’alpinisme qui finit heureusement bien.

Deux œufs, s’il vous plait», ai-je demandé au serveur. Il a acquiescé et j’ai regardé Ally. Le sang sur son visage avait été nettoyé, sa tête était maintenant recousue et bandée. Il s’est connecté au WiFi de l’hôtel et, en quelques secondes, des messages ont commencé à affluer. Le Koyo Zom (6877m) est une belle montagne de l’Hindu Raj au Pakistan. Il ressemble à un château médiéval perché au milieu de la nature sauvage de l’Asie, perdu entre Pakistan, Afghanistan et Tadjikistan.
Will Sim avait «redécouvert» cette montagne mystérieuse et oubliée et avait proposé à Ally Swinton, Uisdean Hawthorn, John Crook et moi-même d’y aller. Nous aurions passé six semaines à voyager, à nous acclimater puis à attendre une fenêtre météo pour essayer un nouvel itinéraire en style alpin. Après s’être acclimatés, une opportunité s’est présentée. Comme Will, Uisdean et John étaient motivés pour essayer l’arête de gauche du Koyo Zom, Ally et moi nous avons choisi le flanc droit. Nous avons fait nos sacs en prévision de sept jours pour gravir ce versant ouest jamais gravi de la montagne.

Une expérience éprouvante

Notre nouvelle voie sur la face nord-ouest de Koyo Zom (6877 m) a été une expérience incroyable et éprouvante. Après avoir grimpé la grande pente de glace initiale, nous nous sommes retrouvés en haut de celle-ci le premier jour. Nous avons ensuite grimpé un système de cheminées mixtes le deuxième jour, respirant fort dans l’air froid et sec. Du vrai dry-tooling mais avec des doigts congelés. Nous nous sommes arrêtés sur une étroite arête de neige suspendue sous la lueur dorée du coucher de soleil. Avec une vue assez incroyable. Tout en faisant fondre de l’eau pour nos repas lyophilisés et en tentant de garder de la chaleur, nous avons regardé avec inquiétude l’énorme paroi située au-dessus, cherchant un moyen de la franchir. Ally l’avait surnommée «la cathédrale». Je pensais que cela ressemblait au Mont Alberta (au Canada, réputé pour sa difficulté et son rocher moyen). Je ne savais pas ce qui était le pire!

Le serveur reparut. « Deux autres œufs, s’il te plaît. » Il sourit, voyant ma faim et mon visage brûlé par le soleil.

L’impressionnant Koyo Zom, 6877m, dans l’Hindu Raj pakistanais. ©Tom Livingstone

Le versant N-O du Koyo Zom. La voie choisie franchit le triangle rocheux à droite (le headwall). ©Tom Livingstone

Dernières longueurs en glace avant le headwall. ©Tom Livingstone

La clé de l’ascension

Le troisième jour, nous nous sommes lancés dans le head wall. Notre incertitude planait dans l’air alors que nous nous installions avec précaution des relais pourris. Les pierres que nous jetions par-dessus nos épaules tombaient sur des centaines de mètres, mais la plupart du temps, nos camelots étaient placés dans des fissures solides.

La motivation et le mental au plus haut d’Ally m’ont encouragé à continuer, alors j’ai continuer, en artif et en « french free » (c’est-à-dire en se tirant aux coinces pour attraper la prise suivante, NDLR). Pendu à un relais suspendu à plus de 6100m, avec le soleil d’après-midi doré balayant la face ouest, j’ai pleuré de joie. J’ai enfilé mes chaussons et j’ai commencé à grimper la très raide longueur suivante, une escalade rappelant celle de Gogarth dans le nord du Pays de Galles. Au dernier relais du head wall, j’ai fourré mes mains nues rapidement dans des gants, et je réfléchissais à la joie pure de ce type d’escalade. Je ne m’attendais pas à ce que nous réussissions à franchir ce grand mur, la montagne nous a laissé grimper une ligne de faiblesse permettant de gagner la partie supérieure. Ceci est la plus belle forme d’alpinisme.

Nous étions plongés dans la vue: des pics coupaient l’horizon et disparaissaient au Pakistan, en Afghanistan et au Tadjikistan. Nous avons creusé une vire dans la neige pour le bivouac.

Plus haut, notre vision du monde s’est élargie et nous nous sommes repliés sur nous-mêmes, physiquement et mentalement.

Le headwall du Koyo Zom en mode dry tooling © Tom Livingstone

La zone super raide en chaussons d’escalade © Tom Livingstone

Quatrième et cinquième jour

Le quatrième jour, nous avons grimpé un terrain plus facile, mais nous étions usés par l’altitude. Nous avons détesté le poids du double jeu de camelots, du jeu et demi de coiffeurs et du tas de pitons restant. En atteignant une zone plus facile, notre vision du monde s’est élargie et nous nous sommes repliés sur nous-mêmes: à la fois physiquement dans chaque vêtement et mentalement dans notre propre tête. Je n’ai pas tardé à me rendre dans ma «grotte de la douleur de l’altitude», et nous avons poursuivi notre ascension.

Le cinquième jour, nous avions froid en grimpant les pentes neigeuses sommitales. En espérant voir les traces de nos amis Will, Uisdean et John, nous avons continué à tracer sans rien voir, nous avons alors pensé qu’ils devaient dû faire demi-tour. Nous étions donc complètement seuls, une cordée isolée. Nous avons réussi à aspirer tout l’air que nous pouvions – et nous sommes finalement arrivés au sommet du Koyo Zom à 6877m, le samedi 28 septembre, vers 13 heures. C’était l’une des meilleures et des plus belles ascensions que j’ai faites. Nos cris se sont perdus dans les montagnes déchiquetées qui s’étendaient au loin. Des pics acérés blanc et rose contrastaient avec le brun des vallées dans l’ombre et dans toutes les directions: Pakistan, Chine, Tadjikistan et Afghanistan.

Nous avons finalement atteint le sommet le 28 septembre à 13h. Aucune trace des autres. Nous étions complètement seuls, isolés.

Tarifs : six bivouacs. © Tom Livingstone

Dans les cheminées en mixte. © Tom Livingstone

Pentes finales du Koyo Zom © Tom Livingstone

Koyo Zom, 6877m, Tom (à gauche) et Ally (à droite) © Tom Livingstone

L’accident

Nous avons commencé la descente en douceur sur le versant est plus facile de la montagne, où les Autrichiens en 1968 et les Britanniques en 1977 avaient fait les seules ascensions précédentes du Koyo Zom. C’était plus simple que de redescendre en rappel notre voie. Nous nous sommes effondrés quelque part sur le glacier de Pechus et avons monté la tente dans la soirée. Nous pouvions presque sentir le pekora frit préparé par notre cuisinier du camp de base, Moseen. Tout ce que nous avions à faire était de descendre le glacier en traversant des crevasses sur environ six km et en perdant 2300 m d’altitude. Ce septième jour, nous nous sommes réveillés avec le soleil, nous nous sommes encordés, prêts à descendre.

Ce qui s’est ensuite passé est une erreur malheureuse de Ally. Il est tombé dans une crevasse d’environ 15/20 m et a été blessé à plusieurs endroits. J’ai fait ce que tout le monde ferait dans les 28 heures qui ont suivi et je me suis occupé de lui comme je suis sûr qu’il le ferait pour moi. Il était couvert de sang d’une blessure à la tête. J’ai ouvert son pantalon pour examiner sa douleur à la jambe, espérant que mes doigts ne rencontreraient pas un os pointu et une chair à vif. Heureusement, la jambe n’était que très meurtrie, mais rien de grave.

J’ai essayé de réfléchir dans l’adrénaline du moment. Nous étions dans une région éloignée du Pakistan. La seule photo de notre descente que j’ai vue fait penser à un long glacier complexe qu’il faudrait toute la journée pour traverser si nous étions en bonne santé et chanceux. Ally tremblait et saignait de la tête. Nous étions à court d’essence et de nourriture, à part quelques barres. Je savais que Ally avait besoin de soins médicaux. Après quelques minutes de réflexion, j’ai appuyé sur le bouton SOS de notre Garmin InReach Mini. J’étais heureux que Ally soit resté conscient tout au long de l’attente d’un sauvetage par hélicoptère, mais l’après-midi, il semblait très faible, ne répondant presque pas. Je l’avoue maintenant: pendant un moment, j’étais vraiment inquiet qu’il puisse mourir dans la nuit.

Ally tremblait et saignait de la tête. Après quelques minutes de réflexion, j’ai appuyé sur le bouton SOS du GPS.

Bivouac de cauchemar pour Ally Swinton. ©Tom Livingstone

Séance couture pour Ally Swinton. ©Tom Livingstone

Je me souviendrai (malheureusement) d’avoir attendu l’arrivée des hélicoptères de l’armée pakistanaise. Ce fut une expérience de veiller Ally, couvert de sang, toute la nuit. Je peux encore sentir l’odeur. J’ai écouté sa respiration, déjà irrégulière depuis l’altitude, et quand sa respiration s’arrêtait pendant des secondes… et des secondes… … je lui donnais un coup de coude, mon propre souffle retenu dans l’attente de sa prochaine inspiration. Le lendemain, à midi, Ally s’était amélioré et il tenta même de franchir quelques mètres. Quand il est retourné à la tente, j’ai entendu le rotor de l’hélicoptère. Quel beau son!
.
« Deux autres œufs, s’il vous plaît. » Les yeux du serveur s’écarquillèrent. « Et du porridge! » Nous avons mangé et mangé et mangé quand nous sommes revenus à la civilisation. Ally a été recousu une fois de retour. Nous avons pris contact avec Will, Uisdean et John, qui étaient bien rentrés au camp de base. La presse a couvert toute l’histoire avec des reportages totalement inexacts et des histoires sensationnalistes. Maintenant que je sais de première main à quel point les nouvelles données ont été fausses, je me demande bien ce qui est réellement rapporté dans nos médias? L’important est que Ally se remette bien.

Le lendemain, Ally a essayé de marcher. Quand il est retourné à la tente, j’ai entendu le rotor de l’hélicoptère. Quel beau son.

Le dilemme de l’alpiniste

Cela me laisse dans un dilemme. Je considère l’alpinisme comme l’une des formes d’escalade les plus cools, les plus difficiles, les plus impitoyables et les plus gratifiants. Je respecte l’éthique. Je veux grimper haut et libre. Dans le passé, j’ai dit : «Si vous souffrez de gelures dans une ascension, vous avez perdu. Si vous devez effectuer un sauvetage, vous avez perdu. ” Et pourtant, je veux me souvenir de cette première par Ally et moi-même, l’une des meilleures que j’ai jamais faite – jusqu’au sauvetage, sur l’un de mes plus hauts sommets. C’était tellement cool d’être au sommet, se sentir comme sur la Lune. Mais je dois tenir parole et dire que nous avons été sauvés. Et que donc, nous avons finalement perdu. Les accidents arrivent en montagne – parfois vous avez de la chance et parfois pas.

L’essentiel est que nous soyons saufs et que nous avons vécu une aventure incroyable. Rien d’autre ne compte vraiment, malgré ce que j’ai dit auparavant. À un moment, j’ai demandé à Ally comment il voulait appeler l’itinéraire. Il a suggéré « Le grand jeu ». C’est le titre d’un livre étonnant sur l’histoire de cette région d’Asie centrale et de ces luttes de pouvoir pour cette région pendant des centaines d’années. Cela semble aussi un nom approprié pour notre itinéraire, coté ED+ pour 1500m.

Le serveur de l’hôtel revient et je m’assieds, assiettes vides empilées très haut. Je peux sentir mon estomac se détendre après plusieurs jours de tension. Pour l’instant, je me sens très heureux. Merci pour le voyage les gars, c’était génial.

 

 TOM LIVINGSTONE

 

PS : Je dois remercier mes amis Will Sim, John Crook, Uisdean Hawthorn, Jon Griffith, Ruth Bevan, l’armée pakistanaise, les pilotes de Fearless Five, Garmin InReach, les ambassades britanniques à Islamabad et à Karachi, Global Rescue et notre fantastique agent dans le pays. pour toute leur aide.

Sponsors :

@mountainequipment @petzl_official @lasportivauk @julbo_eyewear @suunto @ trailbutter.eu @firepotfood

A lire également, l’aventure de Tom Livingstone, Luka Strazar et Ales Cesen au Latok, la première ascension du versant nord.