À la veille de la cérémonie des Piolets d’or 2019 qui se tiendra au festival de Ladek en Pologne, nous avons voulu comprendre l’intérêt d’une reconnaissance dans l’alpinisme. Quel message ? Quelles valeurs ? Pour ça, nous avons rencontré Christian Trommsdorff, président du GHM, organisateur principal des Piolets d’Or.

Les Piolets d’Or sont souvent comparés aux cérémonies des Oscars dans le cinéma. Ils ne sont pourtant pas une récompense à des alpinistes mais plutôt la reconnaissance d’ascensions par les pairs. Ces derniers ne sont autres que des alpinistes de haut-niveau eux-mêmes : « Ils ont déjà été pour la plupart, nominés aux Piolets d’Or. Ils ont l’expérience de ce qu’ils évaluent » explique Christian Trommsdorff, Président du Groupe de haute-montagne (GHM), l’organisateur principal des Piolets d’Or
Pour cette édition 2019, le jury technique est composé d’Ines Papert, Frédéric Degoulet (Piolet d’Or 2018 avec l’ascension de la face sud du Nuptse), Sandy Allan, Kazuaki Amano, Jordi Corominas, Andrej Stremfelj et Valeri Babanov. Tous ont une liste de courses plus impressionnantes les unes que les autres. Le croisement de leurs regards divers d’origines géographiques variées saura expliquer et exprimer ce que peut représenter le style alpin en 2019.
Christian Trommsdorff nous explique les objectifs d’une telle reconnaissance et une certaine vision de l’alpinisme.

. . .