fbpx
@

On prend des photos de montagne comme on sème des petits cailloux sur un chemin. Pour s’en souvenir et mieux revenir. Gamins dans un magasin de jouets, on ne sait plus où donner de la tête une fois là-haut, les yeux déjà rivés sur les autres terrains de jeu.

une ligne est apparue
l’arête de Coste Rouge

Du col de la Temple, le soleil a mis son grain de sel au milieu des petits cailloux. Econome, il a posé ses rayons sur un versant de l’Ailefroide, laissant l’autre dans l’ombre. Au milieu, dans l’entre-deux, une ligne est apparue : l’arête de Coste Rouge. Un trait d’union entre deux mondes qui serpente jusqu’au sommet. Il n’en fallait pas plus pour montrer la voie. C’est décidé, la prochaine ce sera là, après le pic Coolidge, le calcaire de la pointe Percée et les tours de basalte écossais. Et pourquoi pas ?

Chacun assemble ses photos de montagne dans un panorama personnel et hétéroclite. Constitué au gré des sorties, des envies ou des rayons de lumière judicieusement déposés, il en dit long sur les aspirations de chacun. Tel un carnet de courses qui n’engage à rien, sauf à y retourner.

Copy link