Votre mot de passe vous sera envoyé.

Partir en expé au Népal n’est pas réservé aux athlètes de haut niveau. Certaines agences proposent au commun des alpinistes d’aller taquiner la haute altitude sur des sommets plus ou moins techniques, jusqu’à 7000m. Décryptage et conseils pour bien choisir.

En ce début d’année, scruter le microcosme des expéditions en partance pour les grands sommets de l’Himalaya, et plus particulièrement au Népal, est un exercice très intéressant.
Il permet de dresser un inventaire le plus exhaustif possible des propositions des acteurs professionnels, qu’ils soient agence ou guide indépendant, tout en essayant de comprendre l’évolution du secteur du tourisme au Népal. En relisant l’article publié en 2017, Les expés en partance, il est possible d’identifier des tendances et des évolutions de ce marché dont le poids économique n’est pas très important au regard du trekking, mais qui a une forte valeur ajoutée d’image et de rêve.

Mon propos ne concerne que les expéditions encadrées proposées en France par une agence française avec des guides de haute montagne, Français ou Népalais, diplômés UIAGM ou non. A l’échelle du Népal, la réalité des expéditions est surtout concentrée sur les grands sommets (l’Everest et le Manaslu) et il n’y a paradoxalement aucun opérateur français sur ces montagnes gigantesques mais très simples d’organisation. Pour les autres sommets, la fréquentation est également extrêmement concentrée sur l’Himlung, l’Ama Dablam et le duo Mera/Island Peak. Deux faits sont particulièrement marquants au Népal :

  • La Nepal National Mountain Guide Association (NNMGA), l’organisation des guides de haute montagne Népalais diplômés UIAGM, poursuit sa consolidation en ayant organisé à l’automne 2017 l’assemblée générale de l’UIAGM. Il faudra encore du temps pour qu’elle devienne un véritable acteur de l’évolution politique du monde des expéditions au Népal, mais l’histoire est en marche.
  • La montée en puissance des agences népalaises est encore plus marquée cette année. Ces agences proposent de plus en plus d’expéditions à départ fixe et sont surtout très présentes sur le web. Ce sera également le sujet d’un article spécifique pour analyser qui sont les acteurs francophones, quelles sont leurs offres et avec quelles modalités d’organisation et d’encadrement ?

Le Makalu 2 (7 678m) à gauche et le Makalu (8 481m). ©Wiki Commons

L’importance des termes

La réglementation en vigueur en France, pour l’organisation des expéditions au Népal par un Tour Opérateur Français ou un guide indépendant nécessite d’être précisée.
Deux textes de lois sont importants : la loi sur l’encadrement des activités de montagne par un professionnel et la loi Tourisme régissant les voyages en « tout compris ». La première concerne les guides indépendants qui se doivent de présenter une structure avec un agrément Tourisme. La seconde devrait interpeller les agences qui embauchent un guide de haute montagne non diplômé UIAGM pour une clientèle française, inscrite à un «produit » vendu en France. C’est le cas pour la majorité des «Trekking Peak» encadrés par des guides népalais, non diplômé au standards internationaux !

High Altitude worker
Aussi, on retrouve toujours la même confusion de termes pour désigner les népalais qui travaillent au dessus du camp de base (Hight Altitude Worker pour la législation népalaise). Beaucoup d’agences utilisent encore le terme de Sherpa. C’est vraiment dommage…

Guide UIAGM
En revanche, le diplôme des guides (UIAGM ou non) est de plus en plus mentionnée, même si la précision sur la langue parlée est parfois absente.
Les guides de haute montagne UIAGM français identifiés sont très peu nombreux pour ces expéditions en partance 2018. Mais toutes les expéditions organisées par des guides indépendants ne sont pas visibles actuellement sur Internet. Pour faciliter l’actualisation de ces propositions 2018, les guides concernés peuvent faire part de leur expédition en postant un commentaire.

Pourboires
Autre sujet complexe, les pourboires et bonus de sommet comme stratégie de transfert de charge et justifié par un soit disant contexte culturel. Ou comment faire payer plus les clients, sans répercuter ce coût sur le tarif annoncé.

Critères de choix

Pour bien comprendre les différentes propositions et pouvoir les comparer, je vous invite à étudier la partie technique d’une ascension (et non pas uniquement le tarif ou la durée) et notamment :

  • la manière dont est formulée la difficulté technique
  • les modalités d’encadrement (combien de personnes par guide et combien de porteurs d’altitude)
  • la taille du groupe, mini et maxi.
  • les compétences de l’encadrement (guide occidental ou népalais, diplômé UIAGM ou non, parlant français ou non)
  • le style d’ascension : progression classique avec retours ponctuels à des camps inférieurs pour l’acclimatation, ou progression continue vers le sommet
  • s’il y a (ou non) une rencontre préalable en France de toute l’équipe pour préparer le projet

En étudiant «les normes» d’encadrement qui sont exprimées, il serait souhaitable de voir apparaitre une certaine clarification de ce sujet capital pour la qualité d’une expédition ?
À l’inverse, je n’ai pas étudié précisément le déroulement des expéditions proposées car il y a de multiple choix possibles sur le terrain. En règle générale, la rentabilité est le fil rouge des choix d’organisation, souvent au détriment de la qualité. Mais il est difficile de définir les critères de qualité (et non pas de services) d’une expédition commerciale.

Les sommets

Plus de 7000m

Plus de 6000m

Grande traversée

  • Du Makalu à l’Everest avec Tamera

Les sommets du Mera et de l’Island Peak (considérés comme Trekking Peak) ne sont pas inclus dans cet article. Ils correspondent au coeur de l’offre des agences françaises, avec une forte pression concurrentielle. Cette offre est particulièrement formatée, très loin du fonctionnement d’une expédition, et je suis bien incapable d’en identifier des éléments distinctifs de choix. Ce qui est dommage, ces que ces deux sommets phagocytent littéralement tous les autres « petits» sommets tant les tarifs sont compressés et la force de vente des grosses agences importante. Pourtant, il existe une multitude de sommets de 6000m intéressants au Népal et surtout, ailleurs que dans la région du Khumbu.
Comme en 2017, les sommets proposés par les agences sont très classiques. A part quelques exceptions comme ce surprenant et original « Tour du Chamlang » par Gilles Marcaud ou le Gurja Himal.
A noter que plusieurs agences ne proposent pas d’expéditions sur les sommets népalais cette année, telles que Terres d’Aventure, Stages Expés ou Matins du Monde.

Les expéditions du printemps 2018

(par ordre alphabétique des agences).

Les dates : 31/03/18 au 27/04/18

Durée : 28 j

Le tarif : 6295 € (+ pourboires)

La taille du groupe : de 4 à 12 participants

L’encadrement : 1 guide de haute montagne UIAGM Français pour 12 participants

Le style de progression : Traversée glaciaire avec toute l‘équipe népalaise

Plus d’infos par là.

Les dates : 31/03/18

 

Durée : 25 j

Le tarif : 4100 € (+ pourboires)

La taille du groupe : 5 à 10 participants

L’encadrement : 1 « Guide de haute montagne Népalais anglophone certifié UIAGM »

Les porteurs d’altitude : « Un sherpa d’altitude seconde le guide pendant tout le trekking. »

Le style de progression : Traversée glaciaire avec toute l‘équipe népalaise.

Plus d’infos par là.

Les dates : 14/04/18 au 20/05/18

Durée : 5 semaines

Le tarif : 9500 € (Pourboires et bonus de sommet inclus)

La taille du groupe : 5 à 7 participants

L’encadrement : 2 Guides de Haute Montagne (un guide UIAGM français + un guide népalais anglophone non UIAGM).

Les porteurs d’altitude : «Un Népalais (Nepali Leader) pour 2 occidentaux»

Le style de progression : Progression continue & Slow expedition.

Plus d’infos par là.

Les dates : 18/05/18 au 10/06/18

Durée : 3 semaines

Le tarif : 5400 € (Pourboires et bonus de sommet inclus)

La taille du groupe : 4 à 6 participants

L’encadrement : 2 Guides de Haute Montagne (un guide UIAGM français + un guide népalais anglophone non UIAGM).

Les porteurs d’altitude : « Two for One. Et donc 3 népalais avec 6 occidentaux. »

Le style de progression : en progression continue. Ascension depuis un camp d’altitude sans équipe de cuisine.

Plus d’infos par là.

Les dates : 18/05/18 au 17/06/18

Durée : 4 semaines

Le tarif : Le tarif : 5600 € (Pourboires et bonus de sommet inclus)

La taille du groupe : 4 à 6 participants

L’encadrement : 2 Guides de Haute Montagne (un guide UIAGM français + un guide népalais anglophone non UIAGM).

Les porteurs d’altitude : One for One. Et donc un encadrant avec chaque alpiniste (soit guide soit « Nepali leader »).

Le style de progression : en progression continue. Traversée de plusieurs sommets à 6000m en technique alpine.

Plus d’infos par là.

Les dates : 15/04/2018 au 13/05/2018

Durée : 30 j

Le tarif : 6880 €

La taille du groupe : 6 à 12 participants

L’encadrement : « Un guide UIAGM anglais ou français, (népalais si moins de 6 participants) » (?)

Le style de progression : Traversée glaciaire avec toute l‘équipe népalaise.

Plus d’infos par là. 

Les expéditions de l’automne 2018

(par ordre alphabétique des agences).

Les dates : du 6/10/18 au 04/11/18

 

 

Durée : 31 j.

Le tarif : 10295 € (+ pourboires)

La taille du groupe : de 5 à 8 participants

L’encadrement : 1 guide de haute montagne UIAGM Français pour 8

Les porteurs d’altitude : « 1 sherpa pour 4 à 5 participants »

Le style de progression : classique avec des aller-retour depuis le camp de base.

Plus d’infos par là. 

Les dates : 15/10/18

Durée : 25 j.

Le tarif : 4100 € (+ pourboires)

La taille du groupe : 5 à 10 participants

L’encadrement : 1 « Guide de haute montagne Népalais anglophone certifié UIAGM »

Les porteurs d’altitude : « Un sherpa d’altitude seconde le guide pendant tout le trekking. »

Le style de progression : Traversée glaciaire avec toute l‘équipe népalaise.

Plus d’infos par là. 

Les dates : du 07/09/18 au 08/10/18

Durée : 4 semaines

Le tarif : 6400 € (Pourboires et bonus de sommet inclus)

La taille du groupe : 5 à 9 personnes

L’encadrement : Un guide de haute montagne français (UIAGM) pour 5 personnes, et au-delà, deux guides (un guide de haute montagne français (UIAGM) et un guide népalais Anglophone non UIAGM).

Les porteurs d’altitude : « un Nepali Leader pour 3 personnes »

Le style de progression : progression continue avec deux camps d’altitude.

Plus d’infos par là. 

Les dates : 05/10/18  au 04/11/18

Durée : 4 semaines

Le tarif : 7100 € (Pourboires et bonus de sommet inclus)

La taille du groupe : de 5 à 7 participants

L’encadrement : deux guides (Un guide de haute montagne français (UIAGM) et un guide népalais Anglophone non UIAGM) »

Les porteurs d’altitude : un « Nepali Leader » pour deux alpinistes occidentaux.

Le style de progression : progression continue avec 3 ou 4 camps d’altitude.

Plus d’infos par là. 

Les dates : 02/11/18 au 02/12/18

Durée : 4 semaines

Le tarif : 5900 € (Pourboires et bonus de sommet inclus)

La taille du groupe : 5 à 9 personnes

L’encadrement : deux guides (Un guide de haute montagne français (UIAGM) et un guide népalais Anglophone non UIAGM) »

Les porteurs d’altitude :  un « Nepali Leader »  pour 3 participants.

Le style de progression : progression continue avec 1 ou 2 camps d’altitude.

Plus d’infos par là. 

Les dates :  29/09/2018 au 03/11/2018

Durée : 36 j

Le tarif : 9900€ mais sans le vol international (+ pourboires)

La taille du groupe : 4 à 8 participants

L’encadrement : 1 guide de haute montagne UIAGM Français (Bernard Muller) pour 8

Les porteurs d’altitude : « une équipe de sherpas d’altitude népalais (?) », sans autre précision.

Le style de progression : classique avec des aller-retour depuis le camp de base.

Plus d’infos par là. 

Cette liste n’est certainement pas définitive, n’hésitez surtout pas à compléter ce tour d’horizon des expéditions en partance, en envoyant un commentaire ou une suggestion.

Alors que l’image des expéditions himalayennes est très présente dans le milieu montagne et les médias, les expéditions encadrées au Népal représentent seulement une centaine de personnes par an (et les expéditions amateures sont encore moins nombreuses). Ce nombre des expés en partance s’érode au fil des ans et si les propositions des agences népalaises complètent ce paysage (c’est ce que nous verrons dans un prochain article), l’augmentation dramatique des coûts (permis, assurance, inflation) et la complexité d’organisation instaurée par le gouvernement népalais ont certainement un impact négatif sur ce segment de l’économie touristique népalaise.
C’est également un autre versant de la montagne…