@

Le Mont Analogue – 8

Où les explorateurs découvrent les moeurs de Port-aux-Singes, cité où les guides de haute montagne ont toute autorité et régulent même la monnaie. Où les explorateurs se laissent aller à la facilité, avant de se resaissir et, enfin, de se préparer à l’ascension du mont Analogue.

Ce troisième jour de notre arrivée, tandis que je rédigeais ces notes, que Judith Pancake faisait quelques esquisses sur le pas de la porte et que Sogol s’évertuait à résoudre de difficiles problèmes d’optique, les cinq autres étaient sortis de divers côtés. Ma femme était allée aux provisions, escortée de Hans et de Karl qui, chemin faisant, s’étaient livrés à un assaut dialectique très ardu à suivre, paraît-il, sur de cruelles questions métaphysiques et para-mathématiques; il s’agissait surtout de la courbure du temps et de la courbure des nombres – y aurait-il une limite absolue à tout dénombrement d’objets réels et singuliers, après laquelle on retrouve- rait brusquement l’unité (disait Hans) ou la totalité (disait Karl)? –, enfin ils étaient rentrés fort échauffés et sans s’être aperçus des kilos de victuailles qu’ils ramenaient sur leurs dos, légumes et fruits connus ou inconnus de nous, car les colons en avaient acclimaté de tous les continents, laitages, poisson, toutes sortes de nourritures fraîches bienvenues après un voyage en mer. Le sac de jetons était gros, on ne regardait pas trop à la dépense. Et puis, disait Lapse, il faut ce qu’il faut.


Lapse, lui, s’était promené dans la petite ville, bavardant avec tout un chacun

Copy link