Récit d’un duel entre l’homme et l’animal au coeur des Écrins, la nouvelle BD de Jean-Marc Rochette, le Loup, vient de sortir. L’auteur y questionne la présence du loup dans une confrontation qui interroge la place de la nature (et le prix de l’écologie) dans notre société. L’artiste fait également l’objet d’une belle exposition sur ses oeuvres Ailefroide et le Loup à Grenoble. À voir jusqu’au 22 septembre. 

Dès les premières planches, Jean-Marc Rochette nous plonge dans ce Haut-Vénéon qu’il connaît bien, pour y vivre actuellement. Sous l’oeil des Fétoules, d’une montagne d’apparence placide, il décrit le quotidien d’un berger sous ses propres traits, berger qui va perdre son troupeau et nourrir une vengeance à l’égard d’une louve. C’est la confrontation entre le petit louveteau, devenu grand, et le berger, devenu acide, qui va les entraîner au coeur de l’Oisans, dans une confrontation violente entre l’homme et l’animal. La montagne va se déchaîner, la tempête se refermer sur les ses rares et néanmoins habitants ennemis. Contrairement à Ailefroide qui est un récit initiatique d’alpinisme, Le Loup est l’histoire d’un duel dans lequel la montagne ne fait pas l’arbitre, mais où, comme dirait Messner, la montagne n’est ni juste ni injuste, elle est dangereuse.

Le Loup, Rochette, éditions Casterman, 2019. 18 euros.

Le loup qui déchaîne les passions dans les Alpes est ici un survivant, qui a le droit de tuer pour vivre. Comme le berger, qui lui aussi témoigne d’un monde qui disparaît ou qui n’a plus de sens – son fils soldat a été tué dans une guerre récente. Ce sont deux indignés, deux rebelles dont Rochette dessine la cohabitation, au prix du sang versé. Les couleurs d’Isabelle Merlet sont sobrement belles, les traits sombres et les visages rayés de Rochette servent la tension d’un récit où la montagne est partout présente. Même, et avant tout, dans le silence et les dialogues rares de cet album, comme si le silence du Haut-Vénéon entre les saisons imprimait chaque planche.

Jean-Marc Rochette, l’exposition à Grenoble

Le musée de l’Ancien Évêché de Grenoble a la bonne idée de consacrer une exposition à l’artiste dans deux grandes salles. Les planches en noir et blanc d’Ailefroide, succès éditorial, côtoient les nouvelles planches du Loup, on y suit la naissance d’une oeuvre, avant ses dialogues et ses couleurs. Le matériel -clous, piolets des seventies – utilisé par Rochette à l’époque du récit d’Ailefroide fait aussi partie de l’exposition, de même que sa toile nommée le Couloir. À voir jusqu’à fin septembre, infos dans le lien ci-dessous.

Exposition Jean-Marc Rochette au Musée de l’Ancien Évêché, à Grenoble, jusqu’au 22 septembre, entrée gratuite.

Attention dédicace ! Jean-Marc Rochette dédicacera son livre à Grenoble le 18 juin à 18h à la maison de la montagne, à l’occasion d’un cycle de conférence sur le loup.