@

Durant 3 semaines de roadtrip, nous avons remonté la piste du Fell-runner mythique. Fingal Erskine devrait avoir 100 ans, mais hante toujours les Highlands écossais. On raconte que sa silhouette trotte toujours, entre Lochs et Glen. Circonvolutions et immersions écossaises, dernières foulées-aurevoirs : Fingal, where are you ?

James Bond ou Fingal Erskine, c’est au choix. Il ne fallait à Craig qu’une scène de Skyfall, pour rendre une vallée sauvage populaire comme son héros. Et pourtant, dieu qu’elle est belle. Une fois de plus, un souffle sud-chilien ou argentin flotte, de Glen Coe à Bridge of Orchy. Les soirées déroulent et leurs coups de pompes avec, le garçon rôti, oxydé par des journées de rando-run.

Whisky ? Rien à voir. Nouilles en boite, cottage cheese en boite, scottish egg en boite, haggis en boite, natty en purée (et en boite). Des boites et des pickles hindous à gogo, beurre de cahuete et Brie Français qui atomise mes pounds, mais s’affine sous le chauffe-eau. On appelle ça un Forgotten Camembert, et sa réapparition après 12 jours est une Épiphanie. Retrouver Fort William, ses 10 000 âmes et sa brasserie Black Isle, c’est Belle Épine et Parly 2 réunis. 

Par-delà le relief et les éléments, trail ? Fell-running, Ballachulish ©Alexis Berg

Écosse moutonnante, pied du Glen Nevis. ©Alexis Berg

Keith sent l’alcool, la date flotte, mais l’accolade est bonne.

Le plan est simple : quatre jours pleins autour du Ben Nevis, son Ben Nevis Inn et un repas par jour. Le

Copy link