Uphill Lancement

Un beau tour de force que cette veste à la fois hyper respirante et imperméable. Sûrement ce qu’il se fait de mieux, pour peu que l’on ait les moyens de s’offrir ce petit bijou à 300€…

note Alpine

71 %

  • Poids 95%
  • Efficacité 90%
  • Durabilité 60%
  • Prix 40%

+

Imperméabilité
Respirabilité
Légèreté

Prix

Course automnale dans les Bauges. ©Ulysse Lefebvre

Conditions du test

Environ 2 400m de dénivelé en courant, pendant 1 semaine.

Prise en main

Les mauvaises langues se demandent d’emblée où se trouvent les deux poignées jaunes couronnant habituellement ce genre de sac noir. Les autres, à l’écoute de la nouveauté, s’étonnent en bien de la légèreté dudit produit. Notez d’ailleurs que la marque l’annonce souvent à 157g mais que sur notre balance de précision, le bijou affiche 107g seulement en taille M.
Son aspect mat est plutôt curieux. C’est que cette One, comme son nom l’indique dans la langue d’Anton Krupicka, ne possède qu’un seul tissu, à savoir sa membrane Gore Tex Shakedry. Les ingénieurs de la marque ont réussi le tour de force de ne pas avoir besoin de deuxième couche textile sur laquelle laminer la membrane imperméable. Outre la légèreté, c’est d’autant plus étonnant qu’au toucher, le textile n’a pas l’effet cartonné qu’ont souvent ce type de membranes. Ici c’est plutôt souple et silencieux, grâce aussi, peut-être, à un effet huilé de la membrane qui adoucit le toucher. Le tout est hyper minimaliste, sans aucun réglage de poignet, capuche ou hanches. Seule une petit poche de buste à la fermeture-éclair très fine vient étoffer l’ensemble. Enfin, on sent bien qu’il vaudra mieux éviter de courir contre les ronces ; néanmoins, l’ensemble à l’air plutôt résistant.

Sur le terrain

Un premier test par temps sec et tempéré (18°C) doit prouver le plus grand risque de ce type de veste : l’effet cocotte-minute dégoulinante. Mais si, vous savez, ce bon vieux ruissellement de transpiration qui n’a pas trouvé d’issue à votre corps suant ! Ici, c’est tout simplement bluffant. Après une montée d’environ 50mn, fermeture-éclair fermée jusqu’en haut, on ne voit aucune trace de condensation sous la veste, tant au niveau des aisselles que du torse. Alors quoi ? Pas assez forcé ? Pas assez chaud ? Un deuxième essai en montant un peu en régime confirme la démonstration : cette One est étonnante de respirabilité.
Un deuxième test sous la pluie doit confirmer l’imperméabilité de la membrane. Là encore, pas de mauvaise surprise : pas de pénétration de la pluie, notamment au niveau des épaules. Nous n’avons pas testé avec un sac à dos de running, même léger, tant cette veste est destinée à une pratique minimaliste de la course. Peut-être l’un des seuls facteurs limitants son usage, restreint à des formats de course plutôt courts, pour lesquels le sac n’est pas nécessaire. La poche de buste est bien pratique pour glisser une barre, un gel ou un smartphone. Petit astuce : si vous y emmenez votre smartphone, pensez bien à mettre l’écran côté extérieur, au risque de le retrouver trempé et inutilisable immédiatement au premier arrêt. La poche est en effet le seul endroit de cette veste comprenant deux couches et à cet endroit, un écran de téléphone captera toute l’humidité. La capuche est quant à elle pratique en cas de grosse averse, mais on s’en lasse vite à cause du bruit de frottement dans les oreilles.
Pour le reste, elle est plutôt confortable et la membrane est réellement souple et agréable à porter, sans bruit de frottement excessif au niveau des bras, comme on pouvait le redouter.
Enfin, mieux vaut essayer cette veste avant de l’acheter car la taille doit être ajustée, sans aucune possibilité de réglage (aucun élastique).

Caractéristiques techniques

POIDS VERIFIÉ 108g en taille M
PRIX PUBLIC : 300€
TEXTILE : membrane GORE-TEX Shakedry uniquement

Arrow
Arrow
Slider