@

Fonte d’un épais manteau neigeux et pluies torrentielles ont provoqué la destruction d’une partie du célèbre funiculaire de Saint-Hilaire du Touvet, en Isère, le 29 décembre dernier. De lourds travaux sont requis pour reconstruire l’ascenseur valléen presque centenaire, moyen de transport pour les habitants du plateau des Petites Roches, et pour des milliers de touristes chaque année. L’histoire enseigne que la construction de ce funiculaire n’a pas été bien pensée : état des lieux.

Les intempéries de fin d’année ont crée de lourds dommages sur le funiculaire de Saint-Hilaire du Touvet en Isère. La voie ferrée a été incisée dans sa partie basse par le torrent de Montfort, qui a changé de lit pour cheminer sur les rails. La gare de départ a été ensevelie sous plusieurs mètres de dépôts de lave torrentielle. Cet ascenseur valléen, avant-gardiste et emblématique de la vallée du Grésivaudan, est désormais inutilisable pendant plusieurs mois.

Dans l’attente, les habitants du plateau des Petites Roches et des milliers de touristes ou sportifs locaux vont devoir s’adapter. Au-delà de la (petite) catastrophe patrimonio-économique, l’évènement illustre les risques auxquels sont exposés les territoires de moyenne montagne en France.

Partie basse de la ligne, et la gare de départ ©Johan Berthet

Des gravats importants charriés par les eaux. Au fond, la cascade de l’Oule ©Johan Berthet

La gare de départ envahie ©Johan Berthet

Le phénomène hydrométéorologique

Alors qu’un fort redoux régnait depuis plusieurs jours (l’isotherme 0°C est régulièrement monté à plus de 2500 m dans les Alpes fin

Copy link