Votre mot de passe vous sera envoyé.

Festival d’Autrans | Grand cru 2017

Il fut une époque où le festival d’Autrans coulait des jours tranquilles, un peu trop même. Le festival ronronnait. De l’action, des hommes, et des femmes, des gueules, le moins que l’on puisse dire c’est que la montagne n’en manque pas, à l’image de cette édition 2017, qui s’est tenue du 06 au 10 décembre dernier dans la station du Vercors.

Cette année, couvert par les flocons, Autrans s’est plu, et nous avec, à mettre en avant des histoires humaines qui nous frappent à l’estomac – et quoi de plus efficace, de plus symbolique, que d’avoir décerné le Grand Prix du film documentaire à Dirtbag, The legend of Fred Beckey ? Beckey est mort à 94 printemps l’année dernière, après avoir grimpé la majeure partie de sa vie, écumant l’Amérique du Nord jusqu’en Alaska : Beckey signe des ouvertures audacieuses à Devils Thumbs (1946), arête Nord-Ouest du Denali (1954), au Mont Hunter (1954), mais aussi au Canada, avec la face Nord du mont Edith Cavell (parc de Jasper, en 1961 avec Yvon Chouinard que l’on voit dans le fil ), ou la première hivernale du Mont Robson en 1965, le sommet le plus convoité des Rocheuses canadiennes. A plus de quatre vingt ans, Beckey « the dirtbag » faisait du stop pour aller grimper, promettant d’assurer un partenaire en échange de nourriture. Dirtbag ? Littéralement sac poubelle, un pied de nez d’ailleurs à l’escalade en salle, consumériste, quand on pense à Beckey, vrai amoureux de la wilderness et de sa propre liberté comme le démontre le réalisateur Dave O’Leske, qui était sur scène ce samedi pour recevoir ce prix mérité.

 Beckey, vrai amoureux de la wilderness et de sa propre liberté comme le démontre le réalisateur Dave O’Leske.

 

D’une projection à la réalisation

Autre film, autre preuve qu’Autrans nous a régalé d’histoires humaines, de belles histoires, avec le film Voies féminines de Sandra Ducasse et Francisco Taranto Junior, qui est un beau portrait, sans fioriture mais efficace, de trois femmes alpinistes, Liv Sansoz, Martina Cufar, et Marion Poitevin, première femme à intégrer des corporations alpinistiques macho par habitude, le GMHM puis le CNISAG, le centre de formation des CRS de montagne. Peut-être est-ce l’influence dans le jury 2017 d’une alpiniste exceptionnelle, en l’occurrence l’himalayiste Elisabeth Revol ? En tous cas Autrans n’était pas réservé aux amateurs, mais aussi ouvert aux professionnels, et aspirants, réalisateurs, avec les ateliers des rencontres professionnelles. Avec une séance avec Laurent Mollard, ingénieur son et spécialiste pointu de la prise de son et du mixage, ou le workshop production avec Claude Andrieux, tous deux spécialistes des docu montagne. Ou encore les pitch session. Explication : 10 min par réalisateur pour présenter un projet de film, de préférence en cours, pour convaincre un producteur. L’occasion pour Alpine Mag de vous parler de deux beaux projets en cours.

Projets à suivre

Projet ambitieux, celui de Julien Irilli et Katia Lafaille, avec l’objectif pour l’été 2018 un voyage alpinisme et parapente au Pakistan. Le sommet, ou la traversée visée n’a pas été révélée dans le pitch, mais à la question de savoir si ce trip Himalaya vs. Parapente était inspiré par l’aventure d’Antoine Girard (survol du Broad Peak), la réponse de Julien Irilli était affirmative mais nuancée, « oui mais pas la même philosophie » (d’engagement, ndlr). Avec Katia Lafaille, l’ambition est d’apprendre à voler en Himalaya, plutôt sur un gros sommet… une aventure à la portée d’un duo auteur du record du monde distance en ligne droite en tandem (et à but déclaré, 340km au Brésil). Autre projet à suivre absolument, celui présenté par Tanya Naville, qui propose le Women Skimo Project avec Laëtitia Roux. Après un épisode zéro tourné au Japon avec les moyens du bord, Tanya et Laëtitia veulent populariser le ski de rando au féminin en dressant le portrait de pratiquantes, mères de famille ou non, dans des pays aussi divers que l’Islande ou la Grèce.
Et si la vocation des festival de films de montagne était aussi de donner des coups de pouces aux jeunes pousses ?