Kilian Jornet a atteint 8300 mètres, en solo et dans des conditions extrêmes, sur les pentes de l’Everest côté népalais. Le catalan a donc confirmé hier la rumeur d’une tentative sur le Toit du Monde. Et quelle tentative : seul sur la plus haute montagne de la terre, dans le style alpin le plus puriste qui soit. Une tentative, certes, qui n’aboutit point. Mais quelle tentative ! Kilian Jornet est en tous cas passionné par l’Everest, qu’il a a gravi deux fois d’affilée en 2017. Explications, et retour sur ses ascensions précédentes, versant tibétain. 

Jornet a donc fait une tentative en solitaire sur les pentes de l’Everest. Il a atteint 8300 mètres seul et en automne sur le Toit du Monde. « Les derniers jours, j’ai pu faire une tentative jusqu’à environ 8300 m dans une variante de la voie polonaise de 1980 sur l’Everest avant de faire demi-tour en raison du risque d’avalanches. Même s’il n’ya pas eu de sommet, l’expérience d’une expédition très légère, seul dans la montagne et être en mesure de vérifier certaines possibilités intéressantes a été une expérience très intéressante et puissante. » écrit Kilian Jornet sur les réseaux. Là où certains comme Tim Emmett ont choisi de faire demi-tour devant le risque de la chute d’un sérac sur l’Ice-Fall, là où le skieur du K2 lui-même, Andrezj Bargiel, peut-être le seul à avoir le niveau d’un Kilian a choisi de faire demi-tour, Kilian Jornet est passé, vraisemblablement avec l’aide d’un ami à travers le chaos inextricable de crevasses géantes jusqu’à la combe ouest. De là, Kilian Jornet a donc tenté l’Everest par le chemin le plus court ou presque : la variante polonaise, une voir disctincte de la voie normale qui emprunte des pentes situées à gauche de celle-ci.Une voie directe qui rejoint la voie normale de l’Everest au-dessus du col Sud. Et pour preuve, Kilian sort une photo, une seule : une image où l’on distingue clairement, lointain et déformé par le capteur de la GoPro, le Lhoste, 8516m, et le col sud, à plus de 7900m, sensiblement plus bas que lui. Si ce n’est qu’une tentative, c’est en tous cas l’une des plus belles ascensions – certes inachevée – de l’automne, avec l’épopée des anglais au Koyo Zom. (…) La suite pour les abonnés (1300 mots)

. . .