fbpx
@

Baskets et crampons dans le Mont-Blanc : aiguille du Tour d’un jour Les plus belles courses d'Alpine

Parcourir la montagne rapidement fait parfois débat. Mais pourquoi allez si vite là-haut pour en revenir aussitôt ? Il y a beaucoup de raisons, et beaucoup en sont même de bonnes. Avant de filer tel un Jornet ou un Steck (ou un Vedrines !), on vous propose un petit tour en courant à l’aiguille du Tour (3544m), à la journée, vite fait bien fait et sans négliger la sécurité. 

 

Aller vite en montagne, pire y courir ! Voilà qui fait souvent grincer des dents les alpinistes les plus attachés à leurs grosses chaussures ou les randonneurs à tige haute.

Pourtant, moyennant un peu d’endurance, il est possible depuis toujours de gravir certains sommets plus rapidement que ce qu’annoncent les topos, en un jour au lieu de deux par exemple. Sans être un dieu de l’alpinisme, ou du trail-running, ou des deux à la fois, il faudra ajouter à l’entraînement un peu de matériel allégé par rapport à l’équipement traditionnel.

On a trop souvent tendance à catégoriser les pratiques et les pratiquants : les trailers d’un côté que l’on peut voir comme des mangeurs de graines ou des collant-pipettes d’un point de vue négatif, ou comme des modernes d’un oeil bienveillant. Et de l’autre, il y aurait les alpinistes qui pourraient être au choix de gros balourds dépassés par leur époque ou au contraire les vrais détenteurs de l’art de l’altitude.

Admettons que ni l’un ni l’autre ne soit vrai et que tout ce petit monde fasse bien ce qu’il veut, que personne n’ait raison. Pire : imaginons que le trailer d’un jour puisse être l’alpiniste du lendemain. Que ce grimpeur de fissure soit aussi un adepte de la verticale race !
Hérésie ? Non, réalité. Et la voie normale de l’aiguille du Tour est une excellente course pour le vérifier.
(la suite pour les abonnés)

. . .

Copy link