4   +   2   =  
Votre mot de passe vous sera envoyé.

« On jetterait pas un œil au topo pour voir ? » Acquiescement à l’autre bout de la corde. La main plonge dans la poche à la recherche du bout de papier moite et déchiré qui sert de pense-bête d’altitude. Mais c’est un smartphone qui émerge d’entre les doigts gourds ! Les temps ont changés, et les topos sont (aussi) digitaux désormais. Préparer sa course et s’éviter de sortir du droit chemin : le rôle des applications smartphones, pour les topos comme pour la météo.

Une bonne carte, ou une bonne application-carto peut suffire à préparer sa prochaine course. Mais pour certaines activités un topo est indispensable. C’est là où vous trouverez infos, photos et astuces pour visualiser au mieux l’itinéraire et les difficultés à venir. Si le topo papier que beaucoup ont à la maison est historiquement le plus (re)connu, ses cousins digitaux n’en sont pas moins utiles et complètent efficacement la version papier. Le grand avantage de ces topos 2.0 réside dans l’engagement de la communauté. Chacun poste ses sorties, renseigne sur les conditions, photos à l’appui, pour une prise d’informations optimale. Le hic dans ce genre de système : l’effet Internet. Une sortie de rêve publiée le samedi soir et c’est la course contre la montre garantie le dimanche matin, avec parking blindé et bouchons d’heure de pointe. Un conseil donc : internet c’est bien, cultiver l’imagination, c’est mieux ! 

Les applis topos

Couramment utilisés par les grimpeurs et les alpinistes quand ils doivent se faufiler dans des dédales de rocs et de glaces, le topo ou topo-guide se décline non seulement en version digitale, mais aussi selon les activités. Avec de nombreuses lignes ouvertes tant en escalade qu’en ski, les topos suivent le mouvement et les applications proposent aussi du contenu réservé à toutes les disciplines. Alpine Mag vous a sélectionné les plus remarquables d’entre elles.  

Camptocamp

Le site de partage d’itinéraire collaboratif CamptoCamp, c2c pour les intimes, n’est plus à présenter dans la communauté des grimpeurs et des alpinistes. Tellement utilisé qu’il en viendrait presque à détrôner les topos papiers (qui restent quand même les références du milieu). 

+

Gratuit, simple d’utilisation

Très orienté topos, à compléter avec une application carto

Si beaucoup de montagnards choisissent encore d’imprimer leurs topos CamptoCamp au cas où, beaucoup se contentent de captures d’écran ou de téléchargements des pages internet. Mais saviez-vous qu’il existe aussi une application c2c, où on retrouve toutes les infos du site, mais en format mobile ? Disponible sous iOS comme sur Android, l’appli c2c permet elle aussi d’enregistrer trace GPS en plus d’avoir accès à tous les topos, cartes et photos. Le tout, toujours … gratuit !

Télécharger CamptoCamp, version Android ou iOS.

Prix : Gratuit.

Whympr

L’application Whympr, c’est un peu le couteau suisse des applis montagne. Ultra polyvalente, elle a l’ambition de regrouper d’un seul coup carte, météo, niveaux de difficulté, conditions … Le tout est étonnamment fluide malgré la complétude de l’appli. Disponible sous Iphone et Android, l’idée est de proposer un carnet de courses accessible et détaillé grâce à des partenariats avec des sites comme CamptoCamp pour les topos. 

+

Tout en une seule appli

Pas évident de s’y retrouver dans l’appli

Whympr diversifie aussi son offre de topos s’alliant avec les différents offices de tourismes, le but étant de centraliser le plus d’infos possibles pour pouvoir préparer se sortie à partir d’une seule plateforme. L’onglet « Flux » fonctionne un peu comme le feed de votre mur Facebook en faisant apparaître les dernières sorties des utilisateurs. Si Whympr est destiné à devenir un outil universel dans les Alpes, on dirait qu’il est pour l’instant surtout utilisé autour de Chamonix. Les posts réguliers des utilisateurs permettent alors d’avoir un vrai suivi des conditions, d’avoir accès aux dernières news de la Chamoniarde pour croiser les sources et posséder des renseignements le splus fiables possibles. Whympr fonctionne bien évidemment en hors ligne aussi, même si tout le monde sait que la 4G passe (presque) partout à Chamonix ! Plusieurs versions payantes existent en fonction des fonds de carte à télécharger. Pour la France, comptez 19,99€/an pour avoir accès aux cartes IGN, en version online comme offline. 

La force de Whympr : pouvoir ajouter sa sortie et consulter celle des autres tout en ayant accès à des tracés clairs et précis sur la carte. ©Whympr

Télécharger Whympr, version Android ou iOS.

Prix : 19,99€/an.

FAT Map

On comprend tout de suite pourquoi l’application FAT Map est aussi attractive, surtout pour les skieurs, ascendants freeriders, voire freerandonneurs. La carte 3D, disponible online comme offline, et la modélisation des itinéraires sur la carte est le nec plus ultra pour bien repérer sa ligne. Quand on sélectionne un itinéraire, un menu apparaît avec une échelle de difficulté (basique mais indicative entre facile, difficile, très difficile, extrême). 

+

Bonne ergonomie, bon points de repères : pari réussi pour la découverte d’itinéraires

lenteur de chargement

De nombreux indicateurs s’avèrent très utile : degré d’inclinaison maximum, topo, accès … et rendent cette appli très complète pour tous ceux qui sont en quête de nouvelles lignes à rider. Ce n’est pas pour rien qu’elle est aussi utilisée par des athlètes comme Xavier De Le Rue ou encore Vivian Bruchez. En plus des informations sur l’itinéraire en question, FAT Map propose également des signalements des zones dangereuses, du risque d’avalanches aux zones crevassées. Très bien référencée pour les itinéraires autour des stations, FAT Map vous fera sûrement aussi découvrir des lignes près de chez vous ! Disponible pour un public de riders connectés sous Android comme sous iOS, la version gratuite est limitée mais donne un bel aperçu des possibilités de l’appli. Pour la version payante, compter 12,99€ les deux semaines, ou 34,99€ par an. Seul hic pour cet outil très pratique : il vous faudra un bon téléphone qui pourra supporter toutes les fonctionnalités de l’appli. À défaut, la carte est lente à charger, ce qui ruine un peu tout le potentiel de l’appli …

Patchwork d’informations pour FAT Map : tracés, inclinaison des pentes et descriptions. ©FAT Map

Télécharger FATMAP : version Android ou iOS.

Prix : Gratuit (version limitée), ou 12,99€/15 jours , ou 34,99€/an

Peakfinder

 

« – C’est là le Mont-Blanc ?
– Mais non ! Ça c’est le Mont Rose. Et alors là tu vois c’est la Dent du Guignol. Puis alors là … la Coulée du Grand Bronze c’est derrière là, mais on peut pas la voir.
– La vache on s’sent tout petits hein … »
Ça vous rappelle forcément quelque chose, non ? 

+

Une appli addictif avec une multitude d’options

Pas vraiment une appli topo, mais est-ce vraiment ça qui importe ?

Que ceux qui n’ont jamais fait d’approximations géographiques (volontaire ou non) au moment de désigner les sommets environnants jettent la première pierre. Le problème, c’est qu’il y a toujours un Jean-Mi Cartographie qui connaît le coin sur le bout des doigts et qui se fera un devoir de rectifier vos erreurs. Pour éviter ce douloureux retour à la réalité face à ceux que vous vouliez d’abord impressionner (avouez-le !), il y a Peakfinder. Pas vraiment une application topo, mais ça reste quand même un gadget bien sympathique. En hors-ligne et dans le monde entier, il suffit de scanner l’horizon à l’aide de votre smartphone, et voici les noms de toutes les montagnes du coin qui s’affichent à 360 degrés. A cette fonction principale s’ajoute une infinité d’options additionnelles, de la superposition avec la caméra du smartphone, en passant par l’option « voler autour de la montagne » qui permet d’explorer le sommet choisi depuis les airs. Simple gadget au début, on a pourtant vite tendance à dégainer Peakfinder à tout bout de champ une fois téléchargé !

Vision téléscope sur les Drus à partir de PeakFinder. ©PeakFinder

Télécharger Peakfinder, version Android ou iOS

Prix : 4,69€

Rando Ecrins

Le Parc National des Ecrins avait déjà mis en place un site web pour préparer chez soi ses randonnées en fonction de nombreux critères comme la localisation, la difficulté, des thématiques … Cette version en ligne possède désormais son alter ego sur smartphone, avec l’application Rando Ecrins. 

+

Gratuit, très complèt et simple d’utilisation

Seulement pour les randonnées estivales

Assez facile d’utilisation, le menu déroulant permet de choisir son niveau de difficulté et le type de randonnée souhaité. Aussitôt, on a accès à plusieurs propositions de randonnées, accompagnées pour chacune d’une carte avec l’itinéraire dessiné (disponible en hors-ligne), ainsi que d’une description très complète de la faune, la flore, le patrimoine historique et culturel rencontré et les sommets environnants. Une application gratuite à visé éducative et (très) informative. Pour les randonnées de plusieurs jours, une autre application est présente, intitulée Grand Tour des Écrins (version Android ou iOS). À noter que Rando Écrins n’est pas la seule application developpée par un parc national. Ceux des Calanques ou de la Vanoise, pour ne citer qu’eux, disposent également d’une application

Disponible sur plusieurs supports, Rando Ecrins renseigne absolument tout ce qu’il y a à savoir sur les randonnées. ©Rando Ecrins

Télécharger Rando Ecrins, version Android ou iOS

Prix : Gratuit.

Adventurer

Partir en montagne c’est bien, mais à moins d’être fan d’aventures solitaires, partager un bon moment là-haut c’est mieux, en plus de limiter les risques. Ça vous est déjà sûrement arrivé, même en ayant un réseau d’amis montagnards considérable, d’avoir un créneau de libre sans personne avec qui partir. Mettre en relation directe des profils complémentaires qui vont « matcher », c’est le but d’Adventurer, sur ce point semblable au fameux Tinder pour les rencontres amoureuses. 

+

rencontrer des profils complémentaires

Un jeune réseau, qui doit encore gagner des adhérents pour être vraiment intéressant

Sauf que les sujets de discussion sur Adventurer tourneront plutôt autour de vos prochains projets pour sortir des sentiers battus lors de votre prochaine échappée sur les sommets, dans les airs ou en mer. Clairement affiché, le but est de fédérer les communautés des sports outdoor autour de valeurs communes d’effort et de vie au grand air en rencontrant des passionnés comme vous. Entièrement gratuit, ce nouveau réseau social a vocation à devenir une plateforme privilégiée pour tous vos projets d’aventures.

Rencontrer le prochain compagnon de cordée, se greffer à un projet d’expé ou juste à une sortie dans le coin, c’est le principe d’Adventurer. ©Adventurer

Télécharger Adventurer, version Android ou iOS

Prix : Gratuit

Climbing Away

Climbing away, c’est un peu le CamptoCamp du grimpeur pur et dur. Que vous soyez couenneux ou aux amateurs de grandes voies, cette application est parfaite pour trouver l’inspiration quand vous êtes en vadrouille. Parfois moins complet que les topos de grimpes papier, Climbing Away possède de sérieux atouts. 

+

une source d’inspiration partout dans le monde

Tous les topos ne sont pas encore disponibles en format numérique

Avec près de 7000 sites d’escalades référencés à travers le monde, la version gratuite reste un outil facile et efficace pour découvrir de nouveaux spots, même si certains pays sont mieux fournis en infos que d’autres. À chaque topo virtuel est associée la référence du topo papier du coin, pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la connaissance du spot, ou pour un confort de lecture accru. Une appli qui fonctionne donc main dans la main avec ses alter egos papier, pour un partage des infos éthique et optimal. À noter que certains topos peuvent être directement achetés en version digitale via l’application. Mais même en version gratuite, les descriptifs sont bien remplis et les nombreuses photos et schémas permettent de se faire une bonne idée du spot, sans se ruiner en achetant tous les topos papier, au cas où on ne fait que passer dans le coin. Le tout est, bien sûr, disponible hors connexion.

D’abord choisir son spot, ensuite choisir sa voie. Simple, non ? ©Climbing Away

Télécharger ClimbingAway, version Android ou iOS

Prix : Gratuit. Possibilité d’acheter les topos numériques à l’intérieur de l’app.

Les applis météo

« Qui trop écoute la météo, passe sa vie au bistrot ! » disent les marins bretons. Pourtant, sans être trop timorés, il est bon de garder un œil attentif sur l’évolution de la météo avant d’aller en montagne (et en mer malgré les dires des marins breton). Avant d’aller checker le topo et la carte, c’est même la règle de base. Pour ce faire, de nombreuses applications prennent le relais des sites météos, en offrant un accès direct et personnalisé des prévisions sur smartphone. Chacune avec leurs spécificités, selon vos pratiques et vos besoins.

Meteo France – Ski & Neige

La classique des classiques, pour avoir la météo sur tous les massifs montagneux français. Prévisions météo, infos sur l’enneigement, bulletins de risques d’avalanche, webcams… Beaucoup d’informations typées montagne. Avec cette application, MétéoFrance joue la carte de la personnalisation à fond, avec la possibilité de se géo-localiser et de choisir jusqu’à six stations favorites et de les enregistrer sur sa page d’accueil. 

+

Vos prévisions personnalisées en un coup d’œil

Très orientée stations

En résumé, une appli qui se veut proche de son utilisateur pour connaître les prochaines tendances d’un simple coup d’œil sur l’écran. Et le tout gratuitement. Seul bémol, les prévisions restent franco-françaises et très orientées stations de ski, même si les indications sont toujours bien informatives.

Vos stations favorites en un seul coup d’oeil, avec précipitations et taux d’enneigement en un coup de pouce. ©Meteo France-Ski et Neige

Télécharger Meteo France – Ski & Neige, version Android ou iOS

Prix : Gratuit.

Meteo Blue

Un des gros atouts de Meteo Blue, c’est la visualisation multi-modèle des prévisions. Que ce soit sous 5, 7 ou 14 jours, l’application (comme le site) enregistre et projette les prévisions de plusieurs modèles météorologiques nationaux et internationaux  (issus d’algorithmes différents), pour se faire une idée plus précise des prévisions et de leur possible marge d’erreur. 

+

De nombreuses fonctionnalités pour des prévisions précises

Le défaut de sa qualité : tellement de fonctions que le profane n’en utilise que quelques unes.

Outil très complet, Météo Blue propose entre autres la fonction history+ pour afficher l’historique météo des derniers jours et semaines, et la fonction where2go pour trouver le seul endroit ensoleillé dans un rayon choisi et ainsi avoir une chance de passer entre les gouttes. En résumé, une appli tellement complète que l’utilisateur non-initié n’utilisera sûrement qu’un petit pourcentage de ses possibilités.

Même si comparaison n’est pas raison, la vision multimodèles de Meteo Blue permet de se faire une idée des plus précises des prévisions. ©Meteo Blue

Télécharger Meteo Blue, version Android ou iOS.

Prix : Gratuite.

Meteoparapente

Comme son nom l’indique, cette application s’adresse avant tout aux parapentistes. Si les prévisions sont très orientées vents (direction, puissance, évolution heure par heure), il est aussi possible d’observer des informations plus générales comme les couches nuageuses et les précipitations à venir, utiles au parapentiste comme au montagnard. 

+

Un modèle prévisionnel très précis

Pas évident à comprendre pour l’utilisateur profane

Le bémol de cette application, très orientée parapente, est qu’il faut une solide connaissance des masses d’air pour l’exploiter à fond et comprendre tous les graphiques. Néanmoins, on trouvera difficilement plus précis pour comprendre le mécanisme des vents, ce qui peut s’avérer très utile quand on prépare une sortie ski de rando, pour anticiper la formation de plaques à vent par exemple.

Sue l’écrand de gauche, la force et direction des vents heure par heure. Sur celui de droite, la carte géolocalisée avec un code couleur heure par heure suivant la force des vents. ©Meteo Parapente

Télécharger Meteo parapente, version Android ou iOS

Prix : Gratuit.