@

Partis à pied de Chamonix le vendredi 8 juillet dernier, Benjamin Ribeyre et Fred Degoulet ont retrouvé hier soir la vallée après 9 jours passés sur les plus hautes arêtes du massif du Mont-Blanc. De l’aiguille Verte aux aiguilles de Chamonix, les deux guides signent ici la première de l’Ultra traversée de la Mer de Glace. Heureux d’avoir bouclé ce long voyage alpin, ils témoignent aussi de la souffrance des cimes du Mont-Blanc face au réchauffement climatique et à la sécheresse en cours.

Hier soir, peu après 19 heures, Fred Degoulet et Benjamin Ribeyre ont retrouvé le parvis de l’église de Chamonix, 9 jours après l’avoir quitté pour l’Ultra traversée de la Mer de Glace : « C’était cool de finir, on avait tellement mal aux genoux, témoigne Fred. On a eu les larmes aux yeux mais heureusement, il y avait un peu de monde et ils nous ont arrosé de champagne… »

Champagne de bon aloi pour célébrer la fin de ce « gros trip, long », ou cette première du genre que signent là les deux guides : celle d’un parcours de 50 kilomètres et presque autant d’arêtes de 3000 à plus de 4000 mètres d’altitude, au cœur du massif du Mont-Blanc. De celles de l’aiguille Verte à celles des aiguilles de Chamonix, la cordée a évolué à un rythme moyen de 10 heures par jour pour un total de 91 heures d’efforts. Elle n’a jamais quitté la crête faîtière du bassin versant de

Copy link