fbpx
@

Notre test

Pierre Gignoux présente cette incroyable Gignoux Black comme une chaussure polyvalente dans le sens où elle est capable de s’aligner au départ d’une course de ski-alpinisme pour performer mais également d’avaler du dénivelé en ski touring. Voilà pour la présentation théorique.

Sur la neige, on découvre avec envie ce produit minimaliste qui tente de faire le maximum. On remarque d’emblée la magnifique coque en carbone ultra fittée. Dès les premiers pas, on comprend que la semelle est extrêmement rigide, un qualificatif qui colle bien à la Gignoux Black : pas de doute, nous sommes dans un produit d’exception, c’est d’ailleurs vrai pour toute l’incroyable gamme de produits Gignoux. La chaussure la plus légère, la Race 400 pèse 500 g ! La Mountain que nous avons aussi le grand plaisir de tester affiche à peine 750 g sur la balance pour une skiabilité élevée, et celle-ci, la Black, 600 g (poids pour la taille 26 chausson inclus, NDLR).

Avec la Gignoux Black, la plupart des appuis sont transmis à la vitesse de la lumière, de manière puissante. C’est un peu moins efficace que sur la Gignoux Mountain mais ça reste de haut niveau. Le levier articulé, assisté par un cordon, permet de passer du mode ski à marche : c’est rapide, efficace, sans discussion.

Le débattement à la montée sur cette chaussure a été qualifié « d’extraordinaire », il est vraiment excellent à la montée. On marche comme avec une paire de chaussures de trail running. À la montée, c’est tout simplement bluffant. Quand on veut basculer la chaussure en mode descente, là encore, l’opération se fait en un dixième de seconde.

Le sommet du collier est tenu par un petit crochet. Le dispositif est très minimaliste mais ça marche. Le serrage est efficace et toutes les transmissions d’énergies latérales sont très bonnes. Attention de bien positionner le curseur du zip de fermeture de la chaussure. Ce dernier peut venir appuyer sur l’arrête du tibia et provoquer un point dur lorsque l’on sert le crochet.

On retrouve le même système de serrage que sur la Gignoux Mountain : on a à la fois un velcro, un strap et un Quicklace. Dans toute la zone de l’avant pied, la tenue est moins nette. Du coup, on bénéficie d’un assez bon confort, le pied peut vivre. Les pieds larges sont mieux lotis. Attention, le chausson est très fin, il faut donc choisir avec soin l’épaisseur de sa chaussette et être au clair avec la largeur de ses métatarses.

En tests à Vaujany, Gignoux aux pieds. ©Ulysse Lefebvre

Lors des flexions avant/arrière, on a rapidement le tibia qui subit. Notre morphologie dans cette zone n’était-elle pas en accord avec la Gignoux Black ? À vérifier et à croiser avec d’autres expériences utilisateurs… Le sommet du chausson ne pourrait-il pas être plus confortable ? Ou faut-il diminuer la hauteur du collier sur l’avant ?

Cette Gignoux Black est très étanche et comme la Gignoux Mountain, on a tendance à transpirer dedans : une conséquence du 100% carbone ?

La semelle de la Gignoux Black est très basse. Si l’on utilise des fixations de randonnée avec des stop skis, la semelle a parfois du mal à les rabattre pour que la butée arrière s’enclenche. Mais normalement, la Gignoux Black n’est pas utilisée avec ce type de fixations.

C’est indéniablement un produit très exclusif, que l’on cible plutôt « racing » même si Pierre Gignoux le présente comme polyvalent. Le bémol concerne l’appui tibial direct.

Les inserts lowtech entrent très facilement car la semelle est creusée latéralement pour faciliter l’entrée, c’est très pratique par rapport à d’autres chaussures.

Pour résumer : le poids et la rigidité sont exceptionnels. Le passage de la montée à la descente est ultra rapide et s’effectue de manière fluide. C’est aussi une chaussure avec un côté « prototype », avec un cordon, des poulies, des rivets… En tout cas, pour performer, c’est une chaussure incontournable, au prix très élevé.

Caractéristiques techniques

POIDS CHAUSSURE 600 g en taille 26 chausson inclus PRIX PUBLIC : 1600 € 

+

Précision
Passage ski/montée
Chaussage, serrage

 

Confort
Prix 

La newsletter d'Alpine Mag

On reste en contact ? 

Merci et à très vite !

Copy link