@

Le Vercors n’offre pas seulement des kilomètres d’espaces sauvages aux skieurs nordiques. Le Vercors réserve pour le ski de rando des itinéraires originaux. Sur la barrière Est les innombrables couloirs en font un eldorado de la pente raide. Le sud du massif, du Grand Veymont à la Tête Chevalière propose des itinéraires beaucoup plus abordables, comme cette boucle de Peyre Rouge. Un bijou de ski de rando avec une vue exceptionnelle sur le mont Aiguille, qui fait de Peyre Rouge un tour inoubliable au dénivelé raisonnable.

Plus de dix voitures sur le parking de la Bâtie en ce dimanche de janvier : le succès du ski de randonnée ne se dément pas. Même dans ce secteur un peu reculé, sous l’austère face nord-ouest du mont Aiguille. Mais au fil de la journée, nous ne croiserons que quatre randonneurs : si la montagne est vaste, les combes et surtout les hauts plateaux du Vercors le sont encore plus. Peyre Rouge est une balade ultra panoramique qui conviendra à tous ceux qui veulent s’en mettre plein la vue au prix d’un dénivelé modeste, moins de mille mètres positifs. 

Au départ du chemin pour le mont Aiguille et le col de l’Aupet, la boucle proposée consiste à monter sur les hauts-plateaux par le Pas des Bachassons, 1903 m., à traverser les plateaux au gré de votre humeur, puis de descendre par le Pas de la Selle pour revenir au parking. Avec le privilège de skier su les contreforts du mont Aiguille.

La forêt, déjà un air d’Alpes du sud. © JC

En montant au Pas des Bachassons. ©JC

Le vaisseu de pierre. © Jocelyn Chavy

À tous ceux et celles qui ont envie de changer de décor, le Vercors sud attend leurs spatules. La végétation est déjà celle des Alpes du Sud, avec des pins entre lesquels on se faufile à la montée, et avec ces falaises ocres, omniprésentes, celles des rochers du Prayet et du Petit Veymont. Ce dernier peut-être également un objectif de choix au départ du parking sous la Bâtie, avec la plupart du temps la promesse d’une neige transformée (orientée SSO). Mais que vous visiez le Petit Veymont ou le tour de Peyre Rouge, il s’agit d’abord de gagner le Pas des Bachassons, dont l’accès est livré par un étrange défilé, sous les arches et donjons de calcaire typiques du Vercors. Une fois en vue des hauts-plateaux, c’est la récompense, avec cet horizon de neige et de forêts à perte de vue. Bienvenue dans le Vercors. 

Le mont Aiguille émerge tel un vaisseau de pierre fendant la mer des Plateaux du Vercors

À l’est, le mont Aiguille émerge tel un vaisseau de pierre, fendant la mer des hauts-plateaux du Vercors. Il ne reste plus qu’à naviguer au gré de l’inspiration, d’abord au nord-est, puis à l’est pour atteindre un belvédère face au mont Aiguille, le point 1952 m, sommet de Peyre Rouge. Un peu de recherche pour trouver le meilleur accès au Pas de la Selle, et se lancer dans la descente. Décapé par le vent quoique skiable, le passage demande de quitter le mont Aiguille des yeux pour se concentrer, avant de filer dans les pentes agréables puis la forêt du Mons Innacessibilis, comme on l’appelait au Moyen-Age. Les hauts-plateaux demeurent dans un coin de la tête, comme un aperçu d’une montagne vaste et sauvage, sans hommes ni traces d’hommes. Un monde à part.

Grand et Petit Veymont. © JC

Analogue, le mont Aiguille ? ©Jocelyn Chavy

Grand large devant le mont Aiguille, sur la crête de Peyre Rouge, 1952 m. © Jocelyn Chavy

Descente du pas de la Selle. © Jocelyn Chavy

Sommet : Peyre Rouge, 1952 m.

Dénivelé : 900 m environ

Horaire moyen : 4 à 5h

Point départ : parking dans l’épingle de la route entre St-Michel les Portes et la Bâtie, 500 m avant la Bâtie.

Itinéraire : depuis le parking, l’itinéraire remonte le chemin du col de l’Aupet. A 1200 m, après le parc acrobranches, laisser la piste pour bifurquer à droite, chemin indiqué Pas des Bachassons. Monter dans la forêt en restant à main gauche du ravin où s’écoule le torrent l’été, quelques lacets raides. Vers 1400 m la pente se calme, on sort de la forêt vers 1500 sous les falaises du Prayet. Atteindre le Pas des Bachassons. Suivre le petit canyon final jusqu’aux hauts plateaux. De là, repartir au nord-est pour traverser, selon l’envie, le sommet de Peyre Rouge. Atteindre à l’est le point 1952 m. Revenir à l’intérieur du plateau (point 1899 sur IGN) pour atteindre le Pas de la Selle, en résistant à l’envie de descendre au sud (couloirs sans issue !). Le Pas de la Selle est souvent décapé par le vent, passage à 35°/40°. De là une descente plein est permet de rejoindre la piste sous le mont Aiguille. 

En montant sous le Petit Veymont et les rochers du Prayet. ©JC

Variante Petit Veymont : depuis le Pas des Bachassons, suivre la crête puis les plateaux au nord, avant de monter au Petit Veymont 2120 m par sa pente sud-ouest. Revenir au Pas des Bachassons, de là soit descente soit enchaînement par la boucle décrite.

Variante Rochers du Parquet : du Pas de la Selle, poursuivre au sud pour atteindre l’un des Rochers du Parquet, d’où la vue sur le pilier sud du mont Aiguille est saisissante.

Points clés : la pente sous le Pas de la Selle est exposée, et brièvement supérieure à 35°. Les débutants peuvent déchausser (crampons utiles), descente prudente conseillée (cailloux apparents)

Conseils : le tour de Peyre Rouge est un très bel itinéraire abordable. Se méfier toutefois en cas de brouillard la traversée du plateau peut devenir très délicate (orientation !), et rester concentré pour les premiers mètres fort raides sous le Pas de la Selle (ou déchaussage et crampons).

Plus d’infos sur le ski de rando en Isère

N’oubliez pas de prendre la météo, et le bulletin d’estimation des risques d’avalanches, et le tryptique DVA-pelle-sonde.

226 Shares
Copy link