@

La légende anglaise de l’alpinisme Paul Ramsden et le grimpeur écossais Tim Miller ont gravi une nouvelle voie sur un sommet encore vierge, à quelques heures de Katmandou, au Népal. Du luxe ? Non, de la curiosité, de l’audace et beaucoup de temps passé sur Google Earth. Leur Phantom Line (ED+) est une superbe ligne sur la face nord-ouest du Jugal Spire. Voici la première partie de leur récit, raconté par Tim.

S‘il y avait une certitude lors de notre voyage au Népal, c’est qu’au bout d’un moment, dans l’après-midi, il y aurait de la neige, généralement de la grêle, souvent du tonnerre et des éclairs. Et souvent des nuages à partir de 9 heures du matin, ne nous laissant que quelques heures de soleil le matin.

Chaque après-midi pendant un mois, sans faute, nous avons eu une tempête. Lorsque nous étions assis dans notre petite tente au camp de base après avoir terminé notre ascension, alors que le ciel s’abattait sur la tente et que le tonnerre faisait rage au-dessus, nous n’arrivions pas à croire que nous avions réussi à arracher un itinéraire aussi génial dans des conditions improbables.

Un porteur transporte des charges dans la lumière matinale à l’approche du camp de base. ©Tim Miller

Les secrets de Paul

Tout a commencé deux ans auparavant, lorsque Paul Ramsden nous a invités, Richard Kendrick et moi-même, dans une cabane du Gritstone Club, nichée sous une falaise dans le Lake District (nord-ouest de l’Angleterre). Là, Paul nous a fait

Copy link