fbpx
@

Au Bourg d’Oisans, aux pieds des stations de l’Alpe d’Huez et des Deux Alpes, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce mercredi matin : des élus aux professionnels du tourisme, tous pour dire non à la décision prise par le président Macron de ne pas ouvrir les remontées mécaniques. La fronde s’organise, un recours au Conseil d’État sera déposé ce jeudi. Reportage.

Ce matin à Bourg d’Oisans, ils étaient tous là. Élus, maires et conseillers municipaux de la communauté de communes de l’Oisans, représentants de la région Provence Alpes Côte d’Azur et Auvergne Rhône-Alpes, du département de l’Isère, professionnels du tourisme et socio-professionnels du territoire, restaurateurs, hôtelliers, moniteurs de ski, pisteurs secouristes, personnels des remontées mécaniques et commerçants. Parmi eux, beaucoup de saisonniers sont engagés dans les petites et grandes stations de l’Oisans pour la période hivernale.

Alors que la neige revient en altitude depuis deux jours, tous se rassemblent là pour faire front à la décision prise par le président de la République Emmanuel Macron le 24 novembre : celle de fermer les remontées mécaniques des stations de ski jusqu’au 20 janvier, une décision confirmée deux jours plus tard par le premier ministre Jean Castex malgré la lettre la veille signée par des élus de montagne, des parlementaires, trois présidents de régions (Occitanie, Pyrénées Méditerranée, PACA et AURA) et dix présidents de départements, ainsi que par des syndicats professionnels (Domaine skiable de France, des moniteurs de ski et des résidences de tourisme notamment). 

L’Oisans est ce territoire de 10 000 habitants dont l’économie et le tissu social dépendent essentiellement et depuis des décennies du tourisme de montagne et des activités de ses deux stations de ski célèbres au-delà des frontières du pays : l’Alpe d’Huez et les Deux Alpes. « Ce rassemblement est né d’une motivation des personnels de la SATA à protester », nous explique sur place Jean-Yves Noyrey, maire d’Huez dans son troisième mandat et président de cette société exploitante des domaines skiables sécurisés de l’Oisans : l’Alpe d’Huez depuis 2005 et depuis hier (!) des Deux Alpes. « Une coordination à l’échelle du territoire s’est alors rapidement mise en place avec l’ensemble des élus. Les régions et les départements nous suivent. Notre motivation est simple : nous déposons un recours au Conseil d’État afin de pouvoir aller contre cette décision de fermeture des remontées mécaniques à Noël et jusqu’à mi-janvier ».

C’est Guy Vernet, le maire de Bourg d’Oisans et président de la communauté de communes du territoire qui s’adresse en premier, sur ce rond-point symbolique de Sarenne, à la foule présente : « Croyez moi, nous allons nous battre jusqu’au bout, et j’espère que le président et le premier ministre entendront nos messages. Il ne faut pas baisser les bras, nous devons lutter ! Le 11 décembre prochain ils feront une annonce, j’espère qu’elle sera positive. Et cela me fait énormément plaisir de vous voir tous ici ! ».

La suite pour les abonnés

. . .

La newsletter d'Alpine Mag

On reste en contact ? 

Merci et à très vite !

Copy link