fbpx
@

Le Joker La biographie de Pascal Brun

Le ciel de Chamonix bruisse de sa machine depuis 35 ans : Pascal Brun s’y est imposé comme l’un des pilotes d’hélicoptère en montagne parmi les plus expérimentés au monde. Sa biographie signée François Suchel raconte le parcours de ce virtuose des cimes, qui a sauvé de nombreuses vies en altitude. Mais il n’y a pas que la joie de voler, de ravitailler des refuges ou d’accompagner des cadreurs du cinéma : le drame, à Chamonix, n’est jamais loin des sommets. Un livre à lire absolument.

Le Joker, Pascal Brun, pilote du Mont-Blanc, François Suchel, 2020, Guérin-Paulsen, 221p., 22€.

Avant que le personnage du film éponyme, joué par Joaquin Phoenix, ne résume l’expression à un tueur psychopathe, le joker n’était qu’une figure, celui de la dernière chance. Voici précisément comment s’est forgé le surnom de Pascal Brun, le pilote d’hélico le plus connu du massif du Mont-Blanc. Et pour cause. Né en 1960, Brun devient pilote d’hélico en 1981, et se fait embaucher au SAF, en Tarentaise, en 1986. Le patron, Roland Fraissinet, a fait du secours en montagne sa passion et sa tirelire, avec les secours payants en station. Il envoie ses jeunes piloter secourir – et facturer les infortunés skieurs. C’est l’un des pans passionnants de ce livre que de dévoiler certains dessous du secours aérien : les privés qui veulent gagner leur vie en rognant sur les prérogatives du public – PGHM et Sécurité Civile – tandis que ceux-ci, qu’ils soient débordés ou tout simplement qu’ils aient besoin d’un meilleur pilote, finissent tôt ou tard par faire appel à Pascal Brun. Le pilote d’hélico en montagne résoud tous les problèmes, trouve la solution, qu’il s’agisse de levage, de secours, ou de combines.

« Le trésor des Dalton » est un chapitre délicieux sur les cristalliers : si eux montent et descendent à pied, leurs cristaux prennent la voie des airs. Pour l’auteur, le PGHM n’a sans doute guère apprécié la concurrence des pilotes privés et du tonitruant Roland Fraissinet : une bonne raison de leur taper dessus, par cristalliers interposés.

Le travail aérien est un milieu dans lequel les pilotes ne font pas de vieux os.

Père de famille (nombreuse), Pascal Brun décide l’indépendance en créant Chamonix Mont-Blanc Hélicoptères en 1992 : CMBH est de tous les coups. Skieurs déjantés qui se font déposer comme le snowboardeur Bruno Gouvy, cristalliser braconniers comme René Ghilini : Chamonix bruisse de fun (et de fric) au début des nineties. On s’y amuse d’autant que la législation en matière d’hélico est aussi légère qu’un flocon de neige.

Mais il n’y a pas que les belles journées ensoleillées au Far West chamoniard : il y a des télécabines qui tombent en panne, ou des alpinistes qui périssent. Pascal Brun est celui qui propose une autre technique, une autre approche : avec son Lama, puis son B3, des machines plus légères que celles des secours, et bien entendu, avec son talent, son culot et son expérience, il a souvent réussi là où les autres pilotes rendent le tablier. Il a sauvé des vies, des amateurs, des guides comme Jean-Sé Knoertzer au mépris du danger. Voler, toujours voler, quoi qu’il arrive : « répondre à toutes les injonctions du destin, les veines remplies d’adrénaline ».

Il reste le prix à payer. Pascal Brun a survécu à plusieurs accidents, dont un crash suite à une panne totale de moteur au-dessus du glacier d’Argentière, qui donna lieu à une bataille juridique, « avec la particularité que le pilote est encore vivant pour se défendre ». Cela ne fut pas le cas ni dans son entourage professionnel, ses propres pilotes, ni pour son fils Sébastien qu’il trouva mort lui-même lors d’un crash en 2011. Vision insoutenable.

Auteur de cette biographie fouillée qui sort l’année des 60 ans de Pascal Brun, François Suchel est pilote de ligne chez Air France : il mesure d’autant mieux la charge monstrueuse de travail que représente une mission délicate en haute-montagne qu’il s’agisse de travail aérien ou de secours. Lucide, il ne noircit pas un tableau, celui du travail aérien, qui est déjà bien sombre, un milieu dans lequel les pilotes ne font pas de vieux os.

Suchel a réussi à capter la complicité des témoins de la vie de Pascal Brun, ce qui lui fait connaître « tous les bars de Chamonix, tous les salons des hôtels quatre étoiles où l’on ne cause qu’anglais ». Sa bio un peu déconstruite, avec quelques aller-retours, n’en dresse pas moins une fresque passionnante : la vie de Pascal Brun, avec ses joies et ses drames, est un roman de Chamonix. Rapide comme une pale d’hélico, la vie qui passe, les aiguilles qui restent.

Copy link