fbpx
@

Le 17 janvier et le 25 février dernier, deux skieurs de randonnée ont perdu la vie après une chute dans le chourum Clot, l’une des six cents cavités naturelles réparties dans le Dévoluy. Depuis, les autorités réfléchissent à la sécurisation du chourum. Elles font face à un véritable casse-tête.

Sur la carte IGN, près de la frontière entre la Drôme et les Hautes-Alpes sur les pentes est du Grand Ferrand, une multitude de petits points noirs vient se superposer aux courbes de niveau. C’est l’une des caractéristiques du massif du Dévoluy : environ six cents chourums, des cavités naturelles parfois profondes de plusieurs centaines de mètres, sont répartis sur les quelques 18 000 km2 du territoire. Six cents trous dans la terre, tantôt appelés chourums, avens ou gouffres (1).

Le 17 janvier dernier, un skieur de randonnée est décédé après une chute à l’intérieur de l’un d’entre eux, le chourum Clot. Un mois plus tard, le 25 février, un deuxième skieur de randonnée perdait la vie dans les mêmes circonstances. « Dès le premier accident, j’ai présidé une petite réunion en coordination avec les acteurs mobilisés dans le cadre des secours », relate Nicolas Belle, directeur de cabinet de la Préfète des Hautes-Alpes.

Suite au deuxième accident survenu à quelques semaines d’intervalle, une nouvelle réunion a été organisée à l’initiative de la Préfecture. Avec déjà l’idée d’une sécurisation possible du site (…)

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link