fbpx

Le projet de création du 3ème tronçon du téléphérique de La Grave, à plus de 3000 mètres sur le glacier de la Girose dans les Hautes-Alpes, est en cours d’instruction. Signé en 2017 entre La Grave et la société d’économie mixte SATA, exploitante des grands domaines skiables de l’Oisans, il est soutenu par le département et la région PACA. Il concerne les habitants du pays de la Meije mais aussi du monde au-delà. Ce projet de 3ème tronçon inquiète : le Collectif La Grave Autrement fait front tandis que l’enquête publique arrive. À l’heure où la SATA connait une forte crise sur fond de pandémie, le débat est vif.

Une étape cruciale du projet de création du 3ème tronçon du téléphérique de La Grave, sous la Meije et sur le glacier de la Girose dans les Hautes-Alpes, est en cours : le dossier de demande d’autorisation dudit projet est entrée en procédure d’instruction.

Longue de plusieurs mois, elle est organisée en trois phases : examen,  consultation publique et décision. L’examen est en cours, mené par les services instructeurs de la communauté de communes du Briançonnais (CCB, communauté porteuse du projet via son SCoT approuvé en 2018) pour le compte du maire de La Grave Jean Pierre Pic, élu aux dernières municipales.

Déposé auprès de ces services fin octobre par la SATG, filiale de la SATA exploitante du domaine de La Grave sous contrat de délégation de service public (DSP) avec la commune depuis mai 2017 (sous l’égide du maire d’alors Jean Pierre Sevrez, NDLR), le dossier est constitué de la demande d’autorisation d’exécuter les travaux (DAET) du téléporté inscrit au contrat, et d’un permis de construire (aussi inscrit) pour un nouveau restaurant au niveau du col des Ruillans à 3 200 mètres, lieu actuel d’arrivée du 2ème tronçon. Ce téléporté aurait sa gare de départ au col et sa gare d’arrivée quelques mètres sous le sommet du Dôme de la Lauze (3 559 m), avec entre les deux ses câbles et un unique pylône de 45 mètres sur le rognon rocheux du glacier, à mi-course. Projet à 12 millions d’euros sensé remplacer les vieux téléskis « croulants et polluants » en place sur la Girose, il est aussi l’investissement de La Grave pour un demi million, des Hautes-Alpes pour 1 million et de la région Sud (PACA) pour 2,5 millions. 

Première nouvelle, il y aura bien une enquête publique avec un enquêteur. Nous avons interrogé tous les acteurs – SATA, mairie de la Grave, guides, ESF, associations – pour faire le point sur un projet dont les contours économiques ou environnementaux font grincer certaines dents. (…)

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link