fbpx
@

Julia Chanourdie est entrée dans le cercle très restreint des grimpeuses qui ont gravi un 9a+. Le 13 mars, elle enchaînait Super Crackinette, 9a+, à Saint-Léger-du-Ventoux. Seules quatre femmes dans le monde ont réussi ou dépassé ce niveau, et Julia Chanourdie est la première française à l’atteindre. Une performance historique sur le chemin des Jeux Olympiques – reportés – pour lesquels Julia est qualifiée. Interview à distance, mais avec les photos exclusives pré-confinement !

Début février, le soleil inonde la Provence. Julia Chanourdie prend l’autoroute du sud depuis Annecy, direction cette voie qui l’obsède depuis quelques semaines : Super Crackinette, 9a+, à St-Léger-du-Ventoux. Temple du haut-niveau, avec entre autres le 9b (libéré par Ondra) réussi par Hugo Parmentier en janvier, St-Léger voit ses murs orangés et ses dévers bleutés pris d’assaut le weekend par nombre de très forts grimpeurs. À l’ombre du Ventoux, mais au timide soleil hivernal, Super Crackinette remonte un bombé lisse, où une ligne de prises évanescente esquisse un cheminement pour grimpeurs mutants. Jugez plutôt : la voie a été libérée par le prodige autrichien Alex Megos (l’un des seuls à avoir franchi la barre du 9b+), répétée par le français Gérôme Pouvreau, puis par Adam Ondra lui-même, qui a flashé la voie.

Le 13 mars dernier, les rumeurs de confinement s’amplifient. Julia Chanourdie retourne sur un coup de tête à St-Léger, pour tenter cette voie qui lui résiste après seize journées d’essais, à raison de trois essais environ par jour. Ce vendredi 13, Julia Chanourdie devient la quatrième personne à réussir cette voie, la première française à ce niveau et seulement la quatrième femme au monde à l’atteindre. Nous avons suivi Julia pendant trois journées à St-Léger, mais pas ce jour-là. C’est donc en plein confinement que nous lui avons demandé par téléphone ce qu’elle pensait de sa performance historique, du report des JO pour lesquelles elle est qualifiée – et l’une des chances françaises de médaille – et de sa passion pour l’escalade.

Le vendredi 13 t’a porté bonheur ?

Julia Chanourdie J’ai vraiment fait cette voie à temps, c’est fou. Réaliser cette voie le 13 mars après dix-sept jours d’essais dans la voie… D’habitude j’ai besoin de moins de temps. Je ne peux pas dire combien d’essais j’ai mis dans des voies quand j’étais plus jeune. Pour mon premier 8b (Tartine à la Chambotte), j’ai passé beaucoup de temps à la tenter, mais j’étais adolescente (à l’âge de 14 ans, ndlr) et mon investissement n’était pas comparable.

Comment as tu choisi cette voie ? (…)

La suite pour les abonnés.

. . .

Copy link