Votre mot de passe vous sera envoyé.

La Fjällräven Classic est un trek original. Organisé par la marque suédoise, il permet aux randonneurs de partir dans la lande arctique durant sept jours, tout au nord de la Suède, dans une ambiance scandinave singulière. 

En 1960, Åke Nordin fondait Fjällräven (prononcer fyélrévènne pour ne pas irriter les oreilles suédoises). Soixante ans plus tard, le “renard arctique” fait partie intégrante du patrimoine suédois. Il n’y a qu’à se balader dans les rues de Stockholm pour se rendre compte de sa popularité en remarquant les multiples sacs griffés du petit renard rouge qui arborent les dos des locaux. 

Un trek pour accompagner dans la montagne

Arpentant la nature depuis son enfance, Åke Nordin a toujours eu pour leitmotiv de la rendre accessible. Du premier sac à dos (conçu dans le sous-sol d’une maison familiale d’Örnsköldsvik avec la machine à coudre de sa mère et les outils de son père) aux divers produits de la marque, tous sont autant de témoins de cette volonté. Dans ce même dessein d’être le médium entre l’Homme et la Nature, Fjällräven a créé en 2005 un trek de 110 km à travers les paysages arctiques suédois. Ou plutôt, organisé. Au contraire de nos grandes randonnées alpines, le parcours est loin de tout, sauvage et solitaire. Et si la randonnée est évidemment réalisable à titre personnel en dehors de l’événement, la Fjällräven Classic consiste en un soutien logistique (matériel, checkpoints, ravitaillements…) et psychologique permettant à tout un chacun d’accéder à la montagne avec plus de commodités.

© Anette Andersson

 ©L’oeil d’Edouard

Avec plus de 40 nationalités différentes, le nombre d’inscrits en 10 ans est passé de moins de 200 à plus 2000 participants (Fjällräven souhaitant ne pas dépasser ce chiffre, les places de réservation partent en quelques jours). Par conséquent, les quelques petits refuges qui jalonnent le tracé ne peuvent accueillir l’ensemble des intrépides et le trek se fait obligatoirement en bivouac. Le tracé est découpé en 7 étapes, reprenant une partie de la Kungsleden. Au départ de Nikkaluokta, il relie Abisko en 425 km.

 Sous un ciel souvent grisâtre, les paysages ont le sublime d’une beauté silencieuse mais puissante des pays nordiques. Les couleurs ternes et profondes sont subtilement parsemées de quelques pointes acidulées orange, bleues ou vertes. Lors des éclaircies, la vie semble exulter comme à chaque renaissance printanière.

© Anette Andersson

L’itinéraire love les rivières sinueuses, sillonne les vallées verdoyantes, longe les lacs immobiles, traverse les plateaux à l’horizon lointain, approche les glaciers encore enneigés… Par moment, le sentier se transforme en rail de bois protégeant les plantes autant que les chaussures d’une immersion dans les eaux stagnantes. On atteint le point culminant du trek, situé à 1140 mètres d’altitude, lors 4e jour, avant d’atteindre Tjäktja. La dernière étape se fait en pénétrant dans le Parc National d’Abisko, marquée par ses forêts de bouleaux et son tumultueux canyon.

Situé au niveau du Cercle Arctique, les nuits sont courtes en cette période estivale (la Fjällräven Classic Sweden se déroule mi-août). Les couchers de soleil, semblant presque éternels, sont alors le somptueux spectacle tellurique clôturant la journée. Un feu d’artifice naturel pour qui n’a pas encore rejoint Morphée dans sa tente

© Anette Andersson

© Anette Andersson

À chaque checkpoint, les participants récupèrent leur ravitaillement lyophilisé, signent leur passage et tamponnent leur passeport (premier ou dernier, une médaille de “finisher” sera remise à chacun à l’arrivée). Une équipe de 120 volontaires se relaient 24h sur 24 pour assister médicalement et psychologiquement les randonneurs éreintés (et dévorés par les moustiques !). Un sourire peut parfois s’avérer le plus beau des soleils.

Le dernier point de passage est même le lieu providentiel pour reprendre des forces avec une crêpe généreusement garnie de confiture de fraise et chantilly ! Le dernier tronçon se fait alors à la joie gourmande de se lécher les babines encore sucrées et les doigts collants.

Plus on se rapproche de la fin, plus on remarque les randonneurs, autant exténués que déjà nostalgiques, posés au bord de l’eau. Le repos des jambes et du dos se fait à la faveur de la contemplation du paysage où le regard, hagard, erre et se perd. Fallait-il nécessairement (s’)avouer une bonne excuse après 7 jours de marche avec 15 à 20 kilos sur le dos ?

© L’oeil d’Edouard

© L’oeil d’Edouard

Éducation à l’environnement

Fjällräven augmentant considérablement la fréquentation habituelle du trek lors de cet évènement, un sac à détritus est remis à chaque participant dans son kit de départ. Au-delà du principe de responsabilité (la marque est connue en ce sens pour son souci de faire des produits durables), le projet est d’intégrer le fait que ramener ses déchets avec soi est un geste normal. Une évidence qu’il convient malheureusement encore de rendre évidente… Un prix Plogga est même spécialement décerné à celui qui aura le sac le plus rempli de déchets ramassés sur le trek !

© Anette Andersson

© Anette Andersson

You did it !

Sur la ligne d’arrivée, chaque participant est applaudi par ses prédécesseurs, félicitant ainsi collégialement la performance individuelle. Car c’est bien de cela dont il s’agit ici. Pas d’esprit de compétition. Le premier n’est pas davantage récompensé que les suivants, il ne reçoit pas plus les louanges qu’un autre. L’essentiel n’est pas là. De par cette aventure, chacun, avec ce qu’il est, s’est confronté (peut-être pour la première fois pour certains) à la montagne et à lui-même. “Walk with Nature.” Soucieuse de rester fidèle à ses valeurs originelles, Fjällräven érige ce concept comme un étendard et l’applique à son évènement. L’Homme n’est pas censé la maîtriser ou la soumettre, il doit vivre avec elle avec respect et humilité. Le trek se veut être le moyen donc d’amener les gens sur cette voie, quelque peu à contre-courant de notre époque post-moderne. L’évènement n’est qu’un soutien pour permettre cette expérience. “Je ne me suis pas assez préparé” confessent les quelques personnes abandonnant plutôt que d’incriminer les organisateurs qui n’auraient pas installé d’escalator dans les montées… L’entraide entre les participants participent de cette ambiance. Du reste, chaque soirée au camp final se termine dans la fête avec repas et concerts arrosés. Après l’effort…

Fort de son succès, la Fjällräven Classic a dorénavant ses éditions annuelles également au Danemark, aux États-Unis, en Corée du Sud et à Hong-Kong. Les projets d’une version allemande, écossaise et chinoise verront le jour en 2020…

INFOS 

  • Durée : 7 jours
  • Distance : 110 km
  • Dénivelé + : 1600 m
  • Autonomie : bivouac + ravitaillement dans les checkpoints quotidiens
  • Pour en savoir plus : www.classic.fjallraven.com

© L’oeil d’Edouard

© Anette Andersson