Une expédition sans sommet pour Lise Billon, Maud Vanpoulle, Babsi Vigl et Raphaela Haug

Parties à la dernière minute pour le Népal alors qu’elles envisageaient initialement une expédition au Pakistan, les alpinistes Lise Billon, Maud Vanpoulle, Babsi Vigl et Raphaela Haug n’ont pas pu atteindre le sommet espéré. Quelles leçons en tirent-elles ? Éléments de réponse à travers le récit de Maud Vanpoulle et Lise Billon, tout juste rentrées en France.

«On n’a passé qu’une journée à faire de l’alpinisme. Sur vingt jours, c’est pas beaucoup quand même !, se marre Maud Vanpoulle au téléphone. Mais c’est la réalité de nombreuses expéditions ». Il arrive que des alpinistes s’envolent pour le bout du monde dans l’objectif d’atteindre un sommet mais rentrent bredouille. L’affaire, même, est loin d’être rare. Peut-on parler d’échec ? Quelles leçons en tirer ? Et comment gérer sa frustration ? Voilà autant de questions que se posent les alpinistes et guides de haute montagne françaises Lise Billon et Maud Vanpoulle tout juste rentrées d’une expé au Népal avec l’autrichienne Barbara (Babsi) Vigl et l’allemande Raphaela Haug. « On se préparait depuis plus de six mois pour partir au Pakistan, décrit Lise Billon. Notre objectif de départ était un sommet vierge dans la vallée de l’Hindou Kouch mais il nous a manqué un visa ». Malgré l’« optimisme » de Maud Vanpoulle et un décalage de cinq jours des billets d’avion, le visa n’arrivera jamais. « La veille du départ, ça a été le branle-bas de combat, poursuit Lise. Il a fallu tout imaginer ». Fallait-il se replier sur

Copy link