@

Pendant 19 jours, la cordée russe Sergey Nilov – Dmitry Golovchenko s’est frayée un chemin dans le gigantesque dédale de la face Est du Jannu (7 710m, Népal). Une progression de plus en plus laborieuse en très haute altitude, un sommet tout proche mais insaisissable, et une descente inattendue par la voie française de l’autre côté de la montagne. Contactés par Alpine Mag, les deux alpinistes racontent leur épopée extraordinaire étape par étape.

Quand avez-vous pensé à ouvrir une première et nouvelle voie dans la face Est du mont Jannu ?

En octobre 2015, les Ukrainiens Nikita Balabanov et Mikhail Fomin réalisèrent une ascension parfaite au Talung (7 348 m, Népal) (Voie Daddy magnum force, 1 700 m, M6, A3), sur le fil du pilier nord-ouest. Une ascension récompensée par un Piolet d’Or. Ils avaient de là une vue parfaite sur la face Est du Jannu et m’ont ensuite communiqué leurs images. J’ai alors discuté avec Sergey, puis ensemble nous avons contacté Dmitry Grigoriev : nous avons fini par convenir que la face Est du Jannu pouvait être un bon objectif pour nous trois. En 2016, nous n’avons pas trouvé assez d’argent pour nous rendre au Jannu, et donc nous sommes allés au Thalay Sagar, en Inde (ouvrir une autre voie nouvelle, également récompensée plus tard d’un Piolet d’Or, NDLR). Mais cette face Est du Jannu, ce mur, était donc dans nos têtes depuis quelques temps.

 

Aviez-vous des raisons particulières de choisir cette montagne et cette paroi ?

Copy link